1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Éleveurs en colère : "Nous allons généraliser l'approvisionnement local dans les restaurations collectives d'État", annonce Manuel Valls
2 min de lecture

Éleveurs en colère : "Nous allons généraliser l'approvisionnement local dans les restaurations collectives d'État", annonce Manuel Valls

REPLAY / INVITÉ RTL - Le Premier ministre rappelle la volonté du gouvernement de faire appliquer la hausse des prix de la viande dans la filière bovine.

Charlie Vandekerkhove
Charlie Vandekerkhove

Alors que le plan d'urgence pour l'élevage peine à convaincre les agriculteurs, leur colère se concentre désormais sur les industriels de la viande. Manuel Valls, le premier ministre, a rappelé le soutien du gouvernement aux éleveurs, annonçant la généralisation de l'approvisionnement local pour les restaurations collectives d'État. "Le service des achats de l'État va renégocier tous les contrats d'approvisionnement. Il faut consommer de la viande française, c'est une viande de qualité", explique-t-il.

"C'est aussi là une manière d'aider sur le long terme la filière, estime-t-il. Nous avons décidé de généraliser, dans les restaurations collectives d'état, l'approvisionnement local, dans le respect bien sûr du code des marchés publics". Le Premier ministre rappelle que les règles européennes n'empêchent pas ces mesures, contrairement à ce qu'ont affirmé certains maires. 

Il faut que les prix du bœuf augmentent.

Manuel Valls

"Les règles permettent cela, permettent d'acheter français. Plusieurs collectivités territoriales le font, d'autres ne le font pas, pour des questions parfois de prix, mais dans le respect des marchés c'est tout à fait possible", a clarifié le chef du gouvernement.


Manuel Valls a aussi rappelé, à l'attention des éleveurs, la volonté du gouvernement de faire appliquer la hausse des prix de la viande bovine. "Ils ne demandent pas la lune, ils veulent récolter les fruits de leur travail. Ils attendent une augmentation des prix de la viande bovine. Cela s'est fait pour le porc, maintenant cette filière va mieux. Concernant le bœuf, c'est une filière beaucoup plus éclatée, mais il faut que les prix augmentent et que chacun prenne ses responsabilités, notamment les abatteurs et industriels".

Les conclusions du médiateur des prix

À lire aussi

D'après le rapport publié mercredi 22 juillet par le médiateur des prix, les abatteurs ont interprété a minima l'accord de revalorisation des prix de la viande bovine. Et manière hétérogène, selon les régions abattage et les catégories d'animaux concernés.


"Pour le bœuf on avait prévu 20 centimes de hausse, on n'est qu'à 10 centimes, il faut qu'on poursuive dans ce sens", a rappelé le premier Ministre, en référence aux conclusions du rapport. "Il ne s'agit pas d'accuser", a-t-il prévenu, "il s'agit que chacun prenne ses responsabilités, et que ce qui a été promis soit tenu."

À écouter

Éleveurs en colère : "La colère ne permet pas tout et j'espère que les barrages vont être levés", dit Manuel Valls
13:26
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/