1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Ebola : premiers tests négatifs pour l'infirmière hospitalisée à Bégin
1 min de lecture

Ebola : premiers tests négatifs pour l'infirmière hospitalisée à Bégin

Les premiers tests opérés sur l'infirmière admise à l'hôpital Bégin se sont révélés négatifs à Ebola.

L'hôpital Bégin de Saint-Mandé en Île-de-France (archive)
L'hôpital Bégin de Saint-Mandé en Île-de-France (archive)
Crédit : AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Les premiers tests opérés sur une infirmière admise à l'hôpital militaire Bégin de Saint-Mandé, près de Paris, pour une forte fièvre sont "négatifs" à Ebola, a affirmé jeudi une source proche du dossier, confirmant une information de BFMTV. Ils doivent cependant être confirmés après une deuxième série de prélèvements, le virus étant parfois indétectable dans les premiers jours de la maladie.

"Des premiers tests sont effectivement négatifs. On attend d'autres résultats pour confirmation", a déclaré cette source.

Si un cas est confirmé sur le territoire, il fera l'objet d'une information publique immédiate

Le ministère de la Santé

"Nous ne commentons pas", a déclaré le ministère de la Santé. "Si un cas est confirmé sur le territoire, il fera l'objet d'une information publique immédiate", a-t-il répété.

Une infirmière faisant partie de l'équipe médicale ayant soigné la volontaire de MSF atteinte du virus et rapatriée en France, depuis guérie, a été hospitalisée jeudi avec une forte fièvre laissant suspecter un possible cas d'Ebola.

LEs échantillons envoyés à Lyon pour analyse

Les premiers résultats de laboratoire sont possibles six heures après réception des échantillons d'un cas suspect, selon Sylvain Baize, responsable du Centre national de référence des fièvres hémorragiques virales de Lyon, seul habilité en France à rendre un diagnostic sur Ebola.

"Si le prélèvement est réalisé moins de deux jours après le début des symptômes, souvent on fait un nouveau prélèvement et on refait un test, le lendemain", a expliqué Sylvain Baize, sans s'exprimer sur le cas de l'infirmière hospitalisée.

"Souvent la charge virale est détectable dès le début des symptômes mais chez certains patients, notamment ceux qui ne sont pas gravement infectés, la charge virale peut être indétectable les deux premiers jours", a-t-il ajouté.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/