2 min de lecture Environnement

Des fermes en containers pour faire pousser des fraises et des salades en centre-ville

Faire pousser des légumes dans les centres-villes pour réduire l'empreinte carbone des aliments. Produire au plus près du consommateur. C'est le défi des fermes urbaines comme Agricool, qui a inauguré une nouvelle exploitation mardi 11 février à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis.

C'est notre plane`te - C'est notre Planète Virginie Garin iTunes RSS
>
Des fermes en containers pour faire pousser des fraises et des salades en centre-ville Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Virgine Garin
Virginie Garin Journaliste RTL

Ça ne ressemble pas vraiment à une ferme classique. Ce sont des containers. Dix containers blancs posés sur un terrain au pied des immeubles en pleine ville. Ils sont totalement hermétiques, sans fenêtre. 

À l'intérieur, leurs concepteurs ont reconstitué la nature. On dirait un peu une boîte de nuit. Il y a de la lumière rose, des LED. Car avec le spectre de la lumière rose, les plantes poussent mieux. 

Ici, tout est contrôlé par ordinateur. L'humidité, la température... C'est de la haute technologie. La quantité exacte d'eau et de nutriments est envoyée à chaque plante. Il n'y a pas de pesticides. Et les agriculteurs sont en combinaison blanche afin de protéger les légumes.

Montrer que l'agriculture en ville, c'est possible

À l'intérieur de ces containers, des fraises, des salades et des herbes aromatiques poussent sur des parois verticales. Le rendement est 120 fois supérieur à celui d'une culture en pleine terre. Les deux inventeurs de cette ferme urbaine ont fait une école de commerce. Mais ils sont tous les deux fils d'agriculteurs. Et quand ils sont arrivés à Paris, ils ont été horrifiés par le goût des fruits. Dans ce ranch hitgh-tech dyonisien, ils vont produire 1.000 barquettes de fraises et 6.000 salades par semaine. Ces fruits et légumes seront vendus à 15 kilomètres à la ronde, pas plus, dans des grandes surfaces et chez des primeurs.

À lire aussi
Vladimir Poutine, Président de la Russie Vladimir Poutine
Arctique : face à la pollution, Vladimir Poutine déclare l'état d'urgence

Au départ, Agricool était une startup. La jeune pousse a réussi à trouver des investisseurs privés, comme Danone et la Bpi. Elle a réuni 20 millions d'euros. Aujourd'hui, c'est une entreprise forte de 82 salariés, surtout des ingénieurs. Elle avait déjà quelques containers en test pour faire pousser des fraises. Là, elle passe à l'échelle d'une vraie exploitation. Et l'objectif est de montrer que l'agriculture en ville, c'est possible.

Ce modèle n'est pas transposable à toutes les villes françaises. Évidemment, on ne va pas se mettre à produire du blé en plein Paris. Rien que pour les légumes, il faudrait une surface égale à celle de la capitale pour nourrir tous ses habitants. L'idée est de produire surtout des aliments qui viennent de loin. En France, les trois quarts des fraises vendues en magasins parcourent plus de 2.500 kilomètres en moyenne. Là, elles en feront une quinzaine au maximum.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Écologie Seine-Saint-Denis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants