1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Des députés tentent de rendre légale la pratique des MMA en France
2 min de lecture

Des députés tentent de rendre légale la pratique des MMA en France

La pratique des MMA est pour le moment interdite par le ministère des Sports, qui ne semble pas enclin à céder.

Un combat de MMA le 7 octobre 2016 à Rangoun, en Birmanie
Un combat de MMA le 7 octobre 2016 à Rangoun, en Birmanie
Crédit : ROMEO GACAD / AFP
Les MMA doivent-ils être reconnus comme un sport ?
03:03
Des députés tentent de rendre légale la pratique des MMA en France
03:06

Le 8 novembre prochain, le gouvernement devra se prononcer pour reconnaître ou non les "MMA", des Arts Martiaux Mixtes. Alors les MMA, c’est un mélange de boxe et de lutte. Ça se déroule dans des cages octogonales de 10 mètres de diamètres. D’où le coté combat de coq. Les deux adversaires sont en short. Torses nus. Le but, c’est de mettre son adversaire KO ou le forcer à se soumettre à abandonner. Il y a des règles précises à respecter, mais ce qui fait la réputation sulfureuse de ce sport, c’est que le combat continue au sol et même si ça saigne. On estime qu’il a entre 20.000 et 50.000 pratiquants et pratiquantes en France. C’est beaucoup quand on sait que les licenciés de boxe en France sont 45.000.

Pour les adeptes des MMA, ce sport de gladiateur est un sport de seigneurs. Pour la fédération de Judo notamment cette pratique porte atteinte à la dignité humaine et ne doit surtout pas être reconnue. Aujourd’hui, il y n’y pas de championnat de MMA en France car il n’y a pas de fédération de MMA.  

Et cela pourrait changer. En tout cas c’est ce que demandent deux parlementaires, qui sont aussi ceinture noire de judo. Un sénateur Les Républicains et un député socialiste qui ont très sérieusement penché sur ce sport de combat ces derniers mois. "On est partis d’un a priori très négatif", expliquent-ils. "Mais, nous avons auditionné, pendant 170 heures des pratiquants, des entraîneurs, des médecins, et même des philosophes". Et les parlementaires, figurez-vous, ont changé d’avis.

Le gouvernement demeure réticent

Ils se sont rendu compte que les MMA permettent disent-ils, à des jeunes dans les quartiers de se réaliser et de plus les MMA ne sont pas un phénomène de mode, que la pratique s’installe en France, et qu’elle gagne les CSP+. Et que ce sport, assure le sénateur Jacques Grosperrin, n’est en réalité pas plus dangereux que la boxe. C’est la première fois que des députés militent pour la reconnaissance de ce sport, mais le gouvernement n'est pas parti pour les suivre. Au ministère des sports, on se dit prêt à ouvrir la voix aux compétitions si les pratiquants renoncent à l’utilisation des cages et au coup au sol. Autrement dit, si les MMA renoncent à ce qu’ils sont. "La reconnaissance de notre discipline viendra donc plus tard. La France a mis plus de temps que d’autres pays à reconnaître le karaté, le judo ou la boxe…", note le patron de la plus grande salle de MMA de France Kamel Khalfi. Très musclé et philosophe. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/