1 min de lecture Éducation nationale

Déradicalisation : il faut une "ceinture étanche" autour des élèves à risque

INVITÉ RTL - Iannis Roder, de l'Observatoire éducation de la fondation Jean-Jaurès, revient sur les mesures qui, à l'école, permettent la lutte contre la radicalisation religieuse.

Stéphane Carpentier et Christelle Rebière L'invité de RTL Midi Christelle Rebière & Stéphane Carpentier
>
l'invite de RTL midi du 23/02/2018 Crédit Image : FRANK PERRY / AFP | Crédit Média : Christelle Rebière,Vincent Parizot | Durée : | Date : La page de l'émission
Christelle Rebière
Christelle Rebière avec Vincent Parizot et La rédaction numérique de RTL

Vendredi, Édouard Philippe a présenté son plan de lutte contre la radicalisation islamiste en France. Un plan qui passe par la mise en oeuvre de mesures spécifiques dans les établissements scolaires. Une initiative nécessaire car, comme l'explique Iannis Roder, professeur en histoire et géographie en Seine-Saint-Denis et directeur de l'Observatoire éducation de la Fondation Jean-Jaurès, "il est difficile dans un établissement scolaire de voir qui est radicalisé". 

En vertu du principe de laïcité, les signes religieux sont interdits à l'école, l'apparence extérieure d'un élève ne peut donc que rarement trahir une possible radicalisation. "Par les discours, on peut comprendre que quelqu'un est en voie de radicalisation, c'est le cas d'élèves aux discours complotistes", observe toutefois l'enseignant. Iannis Roder estime qu'un élément permettant de détecter une possible radicalisation est la remise en cause de certains faits enseignés en cours. 

Contre la radicalisation, quels outils ?

"Il n'y a pas de contestation, mais certaines élèves doutent de certains propos tenus par le professeur. Cela peut arriver dès qu'il est question du monde contemporain notamment les attentats du 11-septembre", explique l'enseignant. Il s'agit alors de la "présentation d'une autre version des faits que l'élève pense être plus proche de la réalité". Face à cela, dit-il, le professeur dispose de plusieurs outils : "le fait d'être enseignant, ne pas prendre de haut les élèves, ne pas se moquer, mais faire comprendre que le propos intéresse et pourquoi".

À lire aussi
Des élèves rentrent de l'école (illustration) éducation nationale
Vacances scolaires : découvrez le calendrier de l'année 2018-2019

 La raison derrière cette approche est simple, souligne Iannis Roder : il ne s'agit pas de convaincre l'élève en question qu'il a tort, "mais de construire une ceinture étanche autour de l'élève pour que les autres élèves n'adhèrent pas à son propos et voient la violence des mots". "Le rôle de l'école, affirme-t-il, est de faire comprendre qu'on enseigne des faits vérifiables, et que la religion n'a pas sa place à l'école".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Islamisme École
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792393847
Déradicalisation : il faut une "ceinture étanche" autour des élèves à risque
Déradicalisation : il faut une "ceinture étanche" autour des élèves à risque
INVITÉ RTL - Iannis Roder, de l'Observatoire éducation de la fondation Jean-Jaurès, revient sur les mesures qui, à l'école, permettent la lutte contre la radicalisation religieuse.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/deradicalisation-il-faut-une-ceinture-etanche-autour-des-eleves-a-risque-7792393847
2018-02-23 14:41:16
https://cdn-media.rtl.fr/cache/8cgqN0dHCXizkf8NWGf_Qw/330v220-2/online/image/2018/0223/7792395778_les-eleves-d-un-lycee-dans-la-cour-de-recreation-illustration.jpg