4 min de lecture Crime

De Gaulle : la Baraka

REPLAY - Le Général De Gaulle a fait l’objet de plusieurs tentatives d’assassinat. La plus connue est l’attentat du Petit Clamart le 22 aout 1962, où la voiture de De Gaulle sera criblée de balles par le lieutenant-colonel Jean-Marie Bastien-Thiry.

L'Heure du Crime - Pradel L'heure du crime Jacques Pradel iTunes RSS
>
De Gaulle : la Baraka Crédit Image : AFP / Archives | Crédit Média : Jacques Pradel | Durée : | Date : La page de l'émission
Jacques Pradel
Jacques Pradel et Charlotte Meritan

Vous pouvez à tout moment soumettre une affaire à Jacques Pradel. Laissez votre message avec les principales informations nécessaires à l'équipe de l'émission pour programmer, peut-être prochainement, ce fait-divers dans L'Heure du Crime.

L'édito de Jacques Pradel

A la Une de l’heure du crime, l’incroyable Baraka du Général de Gaulle qui lui a permis d’échapper à de nombreux attentats, tout au long de sa vie…

Après l’indépendance de l’Algérie, l’OAS, avait condamné le Général de Gaulle à mort. Et pendant plusieurs années, des membres de cette « organisation Armée Secrète » ont tenté de l’assassiner de nombreuses fois…

En septembre 1961, une bombe dissimulée dans un tas de sable éclate au niveau de Pont-sur-Seine, au passage de la voiture du Général, qui se rend à Colombey-les-deux-Eglises. Il s’en sort par miracle !

À lire aussi
Le mystère du vol MH370 de la Malaysia Airlines relancé crime
Disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines : une affaire d'État ?

En mai 1962, l’opération « Chamois » est annulée au dernier moment. Cette fois, c’est un sniper qui devait l’abattre sur le perron de l’Elysée depuis un immeuble de la rue Saint-Honoré… En Août de la même année, il échappe à une embuscade qui aurait dû être mortelle, près de Paris, au Petit-Clamart. La DS présidentielle est criblée de balles, ses pneus éclatent

Deux ans plus tard, en août 1964, une bombe est cachée dans un énorme pot de fleurs, devant le Mémorial du Mont Faron, près de Toulon. Quelques heures avant l’arrivée du Général, un jardinier l’arrose copieusement… Le système de mise à feu est noyé !

Nous revenons sur cette chance incroyable avec mes invités, et avec les archives sonores de la rédaction dans un instant.

L'attentat de Pont-sur-Seine

Le général De Gaulle a, au cours de sa vie, échappé à au moins cinq attentats,chaque fois soit ratés, soit déjoués. Il a eu, comme on dit, la "baraka"! 


Le premier ou l'un des premiers attentats dont De Gaulle a été victime s'est produit à Pont-sur-Seine. Le 8 septembre 1961, alors que le général se rend à Colombey-les-Deux-Eglises, une explosion éclate à hauteur de la voiture présidentielle au moment où elle traverse la commune de Pont-sur-Seine, dans l'Aube. L'humidité a heureusement diminué la puissance des explosifs et neutralisé une partie du dispositif : l'attentat ne fait aucun mort ou blessé.

Les auteurs de l'attentat sont des membres de l'OAS : Martial de Villemandy, Henry Manoury, Armand Belvisi, Bernard Barance, Jean-Marc Rouvière et Dominique Cabane de la Prade, qui est arrêté après des mois de cavale. Henry Manoury se revendique comme organisateur de l'attentat, et Dominique Cabane de la Prade, celui qui aurait appuyé sur le détonateur lors du passage du convoi présidentiel. Il est arrêté en décembre 1961 en Belgique et extradé en mars 1964. Le 9 septembre, ils écopent de peines allant de dix ans d'emprisonnement jusqu'à la réclusion criminelle à perpétuité.

L'attentat du Petit-Clamart

Le 22 août 1962, vers 19h30, deux Citroën DS 19 banalisées et escortées de deux motards quittent le palais de l'Élysée en direction de Villacoublay, où les époux De Gaulle doivent prendre un avion  à destination de Colombey-les-Deux-Églises. 

Une demi-heure plus tard, à proximité du rond-point du Petit-Clamart, un commando de douze hommes mené par Jean Bastien-Thiry ouvre le feu sur les deux voitures présidentielles. Par miracle, elles parviennent à passer au travers des balles et le couple présidentiel s'en sort indemne. 

Une gigantesque chasse à l'homme est lancée au soir du 22 août pour retrouver les auteurs de l'attentat. Au bout de 15 jours, une quinzaine de suspects sont interpellés. L'organisateur de l'attentat, Bastien-Thiry, est arrêté le 15 septembre.

Jean Bastien-Thiry, Alain de la Tocnaye et Jacques Prévost sont condamnés à mort par une Cour militaire de justice en mars 1963. Seul Bastien-Thiry a été exécuté, fusillé au fort d’Ivry le 11 mars 1963.

Le complot de l'école militaire

Le 14 février 1963 au soir, un complot organisé par des officiers  et visant à assassiner le général De Gaulle est déjoué. L'attentat aurait dû avoir lieu le lendemain, lors de sa visite à l'école militaire. Coïncidence ? Le complot survient au moment où se déroule à Vincennes le procès des auteurs de l'attentat du Petit-Clamart.


Les enquêteurs vont rapidement retrouver les armes qui auraient dû servir à assassiner le général De Gaulle chez un capitaine d'artillerie, Robert Poinard. Sept suspects sont alors arrêtés.

L'attentat du Mont Faron

Le 28 août 1964, au mémorial de Beaumont sur le mont Faron près de Toulon, des explosifs dissimulés dans un pot de fleurs sont découverts. Première hypothèse des enquêteurs : il s'agit d'une tentative d'attentat ratée contre le général de Gaulle, qui était en visite au mémorial le 15 août. 

C'est en fait en partie grâce au jardinier du mémorial que l'attentat a pu être éviter. Ce dernier, très consciencieux, arrosait les fleurs chaque jour et a ainsi pu, sans le savoir, noyer les explosifs !

Le 21 février 1966, trois accusés en fuite, Jean Jacques Susini, Rosfelder et le Suisse Lehmann sont condamnés à mort par contumace par la cour de sûreté de l'Etat. Ils sont amnistiés par De Gaulle en 1968.

Nos invités

Jean Garrigues, historien. Spécialiste d’histoire politique ; Jean-Pax Méfret, journaliste et écrivain. Auteur du livre Bastien-Thiry : jusqu’au bout de l’Algérie française (Editions Pygmalion / 2007).

Jusqu'au bout de l'Algérie française
Jusqu'au bout de l'Algérie française
L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Crime Attentat Charles de Gaulle
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants