3 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : Ryanair veut réduire les salaires de ses employés jusqu'à 20%, sous peine de licenciement

INFO RTL - La compagnie low-cost irlandaise envisage de licencier un quart de ses pilotes en France et propose des réductions de salaires jusqu’à 20%, dès cette année, pour les pilotes et 10% pour les hôtesses et stewards.

>
Coronavirus : Ryanair veut réduire les salaires de ses employés jusqu'à 20%, sous peine de licenciement Crédit Image : PASCAL PAVANI / AFP | Crédit Média : Arnaud Tousch | Durée : | Date :
Arnaud Tousch
Arnaud Tousch
édité par Marie Zafimehy

Selon plusieurs documents confidentiels que RTL a pu se procurer, Ryanair, touchée par les conséquences économiques à la suite de la crise du coronavirus, a fait une proposition qui passe très mal auprès de son personnel français. La compagnie aérienne a proposé à ses pilotes basés en France de baisser leurs salaires (fixes et variables) de 20%, sous peine de devoir licencier une partie de ses effectifs.

Cette baisse commencerait à partir du 1er juillet 2020. Les pilotes retrouveraient progressivement leur salaire à 100% au bout de 5 ans uniquement. La perte de leurs revenus sur 5 ans serait de 12%. Ryanair souhaite également appliquer des salaires encore plus bas pour les nouveaux pilotes et copilotes embauchés. De plus, jusqu’au 30 juin 2025, aucune augmentation de salaire ne sera possible.

Ultimatum et menaces de licenciement

Cet ultimatum a été présenté au Syndicat National des Pilotes de Ligne (SNPL) avec une réponse exigée sous 5 jours maximum. Si ce n’était pas le cas, Ryanair n’aurait pas d’autres choix que de licencier 29% des pilotes et 27% des co-pilotes qu’elle a identifié comme en surnombre. Cela représente 23 pilotes sur les 81 que compte la compagnie sur ses 3 bases françaises à Marseille, Toulouse et Bordeaux.

La Section Ryanair du SNPL a décidé de coopérer à la mise en place d’un accord de performance collective en "attendant des jours meilleurs" et assure avoir obtenu en échange un engagement de Ryanair de ne procéder à aucun licenciement de pilote.

Hôtesses et stewards concernés

À lire aussi
Les locaux du 3919 de la Fédération Nationale Solidarité Femmes violences
Violences conjugales : où trouver de l'aide pendant le confinement ?

Dans d’autres documents confidentiels qu’à pu se procurer RTL, Ryanair propose également aux hôtesses et aux stewards de baisser leur salaire de 10% à partir du 1er juillet 2020 et jusqu’au 1er juillet 2025, date à laquelle les personnels naviguant commerciaux retrouveraient l’entièreté de leur salaire. Il n’y aurait pas non plus d’augmentation de salaire pendant une durée de 5 ans. De plus, les nouveaux entrants seraient payés 10% de moins que leurs collègues.

La compagnie souhaite également que les PNC travaillent moins en passant de 2.000 heures par an à 1.600 heures par an, avec à la clef une baisse de salaire passant de 1.539 euros par mois à 1.231 euros par mois, y compris pour les nouveaux entrants. 

"Un chantage au licenciement"

Des tarifs inférieurs au SMIC comme le note le Syndicat National du Personnel Naviguant Commercial - Force Ouvrière (SNPNC-FO) qui dénonce également un dans un communiqué un "chantage au licenciement" et des pressions continuelles exercées sur les salariés pour faire accepter des baisses de salaires au plus vite et sans concertation en bon et due forme.

Le syndicat majoritaire chez Ryanair explique avoir demandé "des explications pour justifier cette perte de rémunération qui est envisagée" mais "la compagnie n’a pas jugé important de fournir des informations précises". Comme pour les pilotes, si l’accord n’est pas signé sous 5 jours, la compagnie menace de licencier 27 d’entre eux, sur environ 160 basés en France.

Ryanair confirme les suppressions de postes

Contactée par RTL, la compagnie Ryanair confirme la suppression de 3.000 emplois sur l’ensemble de son réseau européen mais n’apporte pas de chiffres précis sur les licenciements envisagés en France. De plus, Ryanair confirme aussi être en discussion avec les syndicats français "sur des mesures d’économie d’urgence raisonnables, y compris des réductions temporaires de salaire allant jusqu’à 20% pour les pilotes aux salaires les plus élevés et jusqu’à 10% pour le personnel en cabine, rétablies proportionnellement sur 5 ans."

La compagnie ajoute "qu’il s’agit de mesures raisonnables et limitées dans le temps visant à préserver le plus grand nombre d’emplois possible à un moment où toutes les compagnies aériennes d’Europe suppriment des emplois pour survivre à cette crise sans précédent". 

Enfin, l'entreprise irlandaise précise que 99% de sa flotte a été immobilisée pendant 4 mois et qu’elle est confrontée "à un nouvel environnement avec des tarifs encore plus bas et une distorsion de la concurrence en raison de ventes à perte par des compagnies aériennes inefficaces, soutenues par 30 milliards d’euros d’aides d’état illégales.

Des procédures judiciaires envisagées

"C’est inacceptable !" tonne Maître Fiodor Rilov, avocat du SNPNC-FO Ryanair et du CSE. "On ne peut pas se servir de la crise du Covid comme un prétexte pour mettre en œuvre des baisses de salaires significatives et remettre en cause l’ensemble des garanties que les salariés ont réussi arracher en quelques mois auprès d’une direction difficile. Les réserves de Ryanair sont considérables", ajoute l’avocat. Il annonce par ailleurs à RTL que des procédures judiciaires seront menées dans les prochains jours, comme le souhaitait le SNPNC-FO, afin que Ryanair "respecte le droit français".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Ryanair Licenciement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants