1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Cher : des stages sportifs pour aider les militaires blessés à se réinsérer
2 min de lecture

Cher : des stages sportifs pour aider les militaires blessés à se réinsérer

Les militaires blessés se réinsèrent dans la société notamment grâce au sport comme à Aubigny-sur-Nere, dans le Cher, où l'armée française organise des stages sportifs pour les blessés de guerre.

À Aubigny-sur-Nere, dans le Cher, l'armée française organise des stages sportifs pour les blessés de guerre.
À Aubigny-sur-Nere, dans le Cher, l'armée française organise des stages sportifs pour les blessés de guerre.
Crédit : Julien Fautrat
Cher : comment le sport aide des militaires blessés à se réinsérer
04:19
Julien Fautrat - édité par Camille Guesdon

Six soldats français ont été blessés dans une attaque à la voiture piégée lundi 21 juin au Mali. Mais comment les militaires, grièvement blessés, se réinsèrent dans la société ? Cela se fait notamment grâce au sport ? À Aubigny-sur-Nere, dans le Cher, l'armée française organise des stages sportifs pour les blessés de guerre.

Des militaires accidentés en service tentent aujourd'hui de se reconstruire. Cette reconstruction se déroule dans un décor propice aux personnes à mobilité réduite. Il y a un lac, des grandes pelouses et une piscine où Suliman, paraplégique, va s'initier à la plongée grâce à Philippe, l'instructeur. Militaire en opération extérieure au Mali, Suliman, 21 ans, brigadier, est aujourd'hui dans un fauteuil roulant après que son véhicule a roulé sur un engin explosif improvisé, une mine, alors qu'il apportait de l'aide humanitaire. "Franchement c'était une découverte, on a une sensation d'apesanteur, on ne ressent plus sont poids. On est vachement léger et on peut se déplacer plus facilement", confie le militaire.

70% des blessures sont d'ordre psychologique

Pour peu que chaque activité sportive soit adaptée à tous les handicaps, l'adjudant Stéphane, référent sport, a inventé un casque pour que les personnes tétraplégiques puissent jouer au ballon. "C'est pour qu'ils puissent pousser une balle avec la tête, c'est-à-dire que j'ai pris un casque de VTT, ensuite j'ai pris les bâtons qu'il y a au-dessus des ballons chez McDonald's et je les ai scotchés sur le casque. En bougeant la tête, ils peuvent pousser la balle", explique l'adjudant Stéphane.

70% des blessures prises en charge par l'armée sont d'ordre psychologique. C'est ce qu'on appelle les "blessures invisibles". Thomas, militaire, explique "qu'avant de faire des stages comme ça on passe beaucoup de temps chez soi". Pour lui, cela a duré plus d'un an "à se demander ce qu'on fait, où on en est (...) on n'a pas les réponses à ces questions. Tandis que quand on vient à un stage comme celui-là, on a tout l'encadrement pour répondre ces questions et nous aider à traverser cette épreuve".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/