3 min de lecture Charlie Hebdo

"Charlie Hebdo" : un an après, où en est le journal ?

UN AN APRÈS (2/3) - Le 7 janvier 2015, 12 personnes étaient tuées par les frères Kouachi à "Charlie Hebdo". Parmi elles, des figures majeures de l'hebdomadaire satirique qui continue sa reconstruction.

Le deuxième numéro de "Charlie Hebdo" après les attentats de janvier est tiré ce mercredi 25 février 2014 à 2,5 millions d'exemplaire.
Le deuxième numéro de "Charlie Hebdo" après les attentats de janvier est tiré ce mercredi 25 février 2014 à 2,5 millions d'exemplaire. Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
Eleanor Douet
Eléanor Douet

Ils sont douze, journalistes, économiste, policiers, agent d'entretien ou invités de Charlie Hebdo a avoir perdu la vie ce 7 janvier 2015 sous les balles des kalachnikovs de Saïd et Chérif Kouachi. Ce jour-là, l'hebdomadaire satirique fondé en 1970 par François Cavanna et Georges Bernier, perdait Cabu, Wolinski, Charb ou encore Tignous. 

Cette attaque, et la prise d'otage de l'Hyper Casher deux jours plus tard, ont frappé la France en plein cœur. Des millions de Français sont descendus dans les rues le dimanche 11 janvier pour exprimer leur solidarité et leur attachement à la liberté de la presse.

Où la rédaction travaille-t-elle ?

Après l'attaque du 7 janvier, la rédaction du journal, situé rue Appert dans le 11e arrondissement de Paris, a trouvé refuge dans les locaux de Libération. Neuf mois après, fin septembre, Charlie Hebdo a retrouvé son indépendance dans une nouvelle rédaction, dont l'adresse est tenue secrète. Des bureaux de 400 mètres carrés situés dans le sud de la capitale. Le lieu est ultra-sécurisé, en retrait de la rue, et comporte notamment un sas, des fenêtres blindées et une "safety room" (une salle de sécurité, ndlr) conçue pour résister aux balles.

Les forces de polices et pompiers devant le siège parisien de Charlie Hebdo
Les forces de polices et pompiers devant le siège parisien de Charlie Hebdo Crédit : PHILIPPE DUPEYRAT / AFP

Qui compose la rédaction ?

Après les attentats, la rédaction annonce continuer son travail avec ceux qui ont échappé aux balles des terroristes. Laurent Sourisseau succède à Charb, décédé le 7 janvier, au poste de directeur de la publication tout en gardant son rôle de directeur de la rédaction

À lire aussi
Riss, le directeur de la rédaction de Charlie Hebdo Attentats en France
"Charlie Hebdo" : Riss "trahi" par les "collabos qui s'accommodent d'une idéologie totalitaire"

Mais les semaines passant, les divergences sur l'avenir éditorial et économique gonflent au sein de la rédaction. Le 18 mai , le dessinateur Luz, l'un des directeurs artistiques annonce qu'il quitte le journal. "Je ne serai plus Charlie Hebdo, mais je serai toujours Charlie", affirme-t-il au journal LibérationDepuis Coco réalise la majorité des dessins dans les colonnes du journal. Le 25 septembre, c'est au tour de Patrick Pelloux, médecin urgentiste qui tient une chronique dans l’hebdomadaire d'annoncer son départ.

Le nouveau patron de "Charlie Hebdo", Laurent Sourisseau dit Riss, à Paris, le 24 février 2015 (archives).
Le nouveau patron de "Charlie Hebdo", Laurent Sourisseau dit Riss, à Paris, le 24 février 2015 (archives). Crédit : BERTRAND GUAY / AFP

Dans quelle situation financière se trouve Charlie ?

Avant les attentats, Charlie Hebdo était dans une situation financière délicate avec seulement 30.000 exemplaires vendus chaque semaine. En novembre 2014, la rédaction avait même lancé une cagnotte sur Internet et publié un article intitulé Charlie est en danger. Une semaine après l'attentat, le journal publiait le numéro des survivants avec en Une, un dessin de Mahomet accompagné du titre Tout est pardonné. 7,5 millions d'exemplaires avait été vendus en France et dans le monde.


Les semaines suivants, les ventes ont repris un rythme plus normal, passant de 750.000 en moyenne en juin à 300.000 en septembre. Actuellement elles ne baissent plus après s’être stabilisées autour de 100.000, selon le directeur financier du journal Éric Portheault.

Après les attentats, Charlie avait reçu plus de 4 millions de dons. Le journal avait annoncé qu'il n'allait pas utiliser cet argent mais qu'il serait reversé aux victimes des attentats. En revanche, les nombreuses ventes et l'explosion des abonnements (190.000 enregistrés dans les semaines suivants le 7 janvier) ont permis au journal de remettre sur pied une trésorerie à la peine. 

Quid du contenu ?

Toujours aussi libre. Toujours aussi grinçant, Charlie n'a pas perdu ce qui a toujours fait son identité. Pour le deuxième numéro post-attentat, la Une ne fait de cadeau à personne. On y voit le journal entre les dents d'un chien fuyant Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy, religieux et chaines d'info le pourchassant. En revanche, avant son départ, Luz avait annoncé arrêter les caricatures de Mahomet. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Charlie Hebdo Terrorisme Presse
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants