1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Centre SDF dans le XVIe : "Il doit y avoir une maladie de la pierre qui tire vers la peur de l'autre", constate Nicolas Domenach
1 min de lecture

Centre SDF dans le XVIe : "Il doit y avoir une maladie de la pierre qui tire vers la peur de l'autre", constate Nicolas Domenach

REPLAY / BILLET - Le journaliste ne comprend pas que les riverains du Bois de Boulogne s'opposent à l'accueil d'un centre pour SDF.

Nicolas Domenach
Nicolas Domenach
Crédit : Maxime Villalonga
Centre SDF dans le XVIe : "Il doit y avoir une maladie de la pierre qui tire vers la peur de l'autre", constate Nicolas Domenach
03:14
Centre SDF dans le XVIe : "Il doit y avoir une maladie de la pierre qui tire vers la peur de l'autre", constate Nicolas Domenach
03:25
Nicolas Domenach & Loïc Farge

"Le Bois de Boulogne a toujours été dans la littérature un théâtre social. Mais le spectacle qu'il offre actuellement est un miroir cruel de l'égoïsme de nantis qui ne veulent pas chez eux de pauvres, et surtout pas étrangers chez eux", décrypte Nicolas Domenach. Il fait remarquer que "les associations de riverains n’ont en rien renoncé à empêcher l’installation d’un centre d’hébergement d’urgence pour 200 SDF en lisière du Bois de Boulogne, alors que ce quartier si chic de la capitale ne possède pas de structures d’accueil, contrairement aux autres".

Faisant référence à la réunion d’information organisée la semaine dernière par la mairie de Paris à l’université Dauphine, et qui a dû être interrompue, le journaliste estime que les élus de droite du XVIe, "sans se rendre compte de ce qu’il a pu y avoir d’obscène dans leurs manifestations de privilégiés (...) se sont conduits telles des racailles de banlieue qu’ils condamnent par ailleurs".
La gauche parisienne "voudrait punir les riches" et faire écrouler le prix de l’immobilier dans les beaux quartiers ? "Vérification faite, le mètre carré là-bas vaut toujours de l’or", poursuit Nicolas Domenach. "Mais il doit y avoir une maladie de la pierre, qui vous vous tire vers le bas, vers la peur de l’autre, de l’étranger", regrette-t-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/