2 min de lecture Société

Ce qu'il faut savoir sur les nouvelles publicités éphémères sur les trottoirs

Depuis lundi 25 décembre, les villes de Bordeaux, Lyon et Nantes peuvent tester les publicités éphémères sur les trottoirs. Publiée au journal officiel dimanche, la mesure est expérimentée pendant un an et demi.

Une inscription au sol dénonçant les agressions de femmes en France
Une inscription au sol dénonçant les agressions de femmes en France Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
ClaireGaveau
Claire Gaveau
et AFP

C'est une nouveauté dans le monde de la publicité. Lors d'une ballade en ville, les yeux rivés au sol, votre regard pourra dorénavant être attiré par une publicité. Les villes de Bordeaux, Lyon et Nantes peuvent tester, depuis lundi 25 décembre, les marquages publicitaires biodégradables éphémères sur les trottoirs, et ce pour une durée d'un an et demi, selon un décret publié dimanche au Journal officiel.

Cette expérimentation "déroge à plusieurs règles du code de la route et du code de l'environnement", souligne le décret puisque ces codes "interdisent d'apposer des marquages publicitaires sur les trottoirs".

Une nouveauté qui est loin de faire l'unanimité à l'heure actuelle. Une évaluation aura lieu tous les six mois pendant la période d'expérimentation, avant la remise d'un rapport final, au sein de ces trois agglomérations avant une éventuelle généralisation de l'expérience.

À lire aussi
Une borne Autolib" (illustration) transports
Autolib' : les Bolloré Bluecar en route pour la casse ?

Quelles sont les règles ?

Taille, emplacement, durée... Des règles extrêmement précises encadrent ce nouveau dispositif. Ces publicités ne pourront pas rester plus de dix jours visibles, ne devront pas excéder 2,50 m² et devront être éloignées les unes des autres d'au moins 80 mètres, indique le décret.

La première règle annoncée dans le décret demeure celle de l'écologie alors que le marquage doit être réalisé "par projection ou application, à travers un pochoir, d'eau ou de peintures biodégradables à base aqueuse ou à base de craie". 

Autre demande importante ? L'aspect sécuritaire. Les caractéristiques d'adhérence du trottoir ne doivent pas être diminuées malgré les nouvelles inscriptions au sol. 

À quoi sert l'évaluation ?

Les villes de Bordeaux, Lyon et Nantes devront donc travailler sur cette nouvelle forme de publicités avant de remettre un rapport qui devra préciser combien de commerçants, artisans, annonceurs y auront eu recours.

Ce rapport devra également indiquer la mesure d'un éventuel lien entre accidents de la route et présence des marquages sur les trottoirs, un éventuel lien avec des chutes de passants sur les trottoirs concernés, l'opinion des riverains ou encore les différentes techniques employées au regard notamment de l'effacement ou de la disparition effectifs des marquages au bout de dix jours.

Cependant, avant même la fin de la période d'expérimentation, le gouvernement peut à tout moment, par arrêté conjoint, suspendre ou mettre un terme à cela

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Publicité Lyon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791586048
Ce qu'il faut savoir sur les nouvelles publicités éphémères sur les trottoirs
Ce qu'il faut savoir sur les nouvelles publicités éphémères sur les trottoirs
Depuis lundi 25 décembre, les villes de Bordeaux, Lyon et Nantes peuvent tester les publicités éphémères sur les trottoirs. Publiée au journal officiel dimanche, la mesure est expérimentée pendant un an et demi.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/ce-qu-il-faut-savoir-sur-les-nouvelles-publicites-ephemeres-sur-les-trottoirs-7791586048
2017-12-26 16:14:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/iz_nUNrbTfvKD2NfS0kCog/330v220-2/online/image/2017/1226/7791588114_une-inscription-au-sol-denoncant-les-agressions-de-femmes-en-france.jpg