1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Cannes : la mairie interdit le port du burkini à la plage
1 min de lecture

Cannes : la mairie interdit le port du burkini à la plage

La ville a annoncé jeudi 11 août avoir interdit le burkini par arrêté. Les contrevenantes pourront être verbalisées par une amende de 38 euros.

Une femme se baigne en burkini (illustration)
Une femme se baigne en burkini (illustration)
Crédit : AP/SIPA
Paul Véronique

La ville de Cannes, célèbre pour sa croisette et son festival de cinéma fait parler d'elle. La mairie a décidé par arrêté municipal d'interdire le port du burkini, ce maillot de bain intégral couvrant le corps des femmes. Le texte avait été signé le 28 juillet par le maire LR, David Lisnard. Il indique : "L'accès aux plages et à la baignade sont interdits (...) à toute personne n'ayant pas une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs et de la laïcité, respectant les règles d'hygiène et de sécurité des baignades adaptées au domaine public maritime."

"Une tenue de plage manifestant de manière ostentatoire une appartenance religieuse, alors que la France et les lieux de culte religieux sont actuellement la cible d'attaques terroristes, est de nature à créer des risques de troubles à l'ordre public qu'il est nécessaire de prévenir", justifie la mairie. Les contrevenantes pourront se voir infliger une amende de 38 euros. Thierry Migoule, le directeur général des services de la ville, a tout de même indiqué qu'avant de dresser un procès-verbal, les agents municipaux inviteront les nageuses à changer de tenue ou à quitter la plage.

Une étape de franchie dans l'islamophobie

Collectif conte l'islamophobie en France

Jeudi 11 août, l'Observatoire de la laïcité a expliqué sur Twitter que : "si des restrictions vestimentaires sont décidées, en l'espèce, elles ne peuvent se fonder sur le principe de la laïcité." De son côté, le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) a dénoncé "une étape de franchie dans l'islamophobie et l'exclusion avec Cannes qui se met hors la loi grâce à cet arrêté". Le collectif et la Fédération des musulmans du Sud entendent par ailleurs faire annuler le texte en intentant une action en justice.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/