1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Camps évacués : 800 personnes logées dans des hébergements d'urgence
1 min de lecture

Camps évacués : 800 personnes logées dans des hébergements d'urgence

REPLAY - REPORTAGE - Dans la nuit de mercredi 16 à jeudi 17 septembre, deux campements de migrants ont été évacués à Paris. L'un près de la gare d'Austerlitz et l'autre sur le parvis de la mairie du XVIIIe arrondissement.

Des migrants dans le campement d'Austerlitz à Paris, le 3 août 2015
Des migrants dans le campement d'Austerlitz à Paris, le 3 août 2015
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Deux campements de réfugiés ont été évacués ce matin à Paris. 800 personnes vont être logées dans des foyers d'urgence
01:36
Raphaël Vantard & Eléanor Douet

Ce jeudi 17 septembre, les services sociaux de la mairie de Paris ont débuté l'évacuation de deux camps de migrants à 6 heures du matin. La procédure a été réalisée dans le calme aux campement d'Austerlitz et du parvis de la mairie du XVIIIe arrondissement. Ce sont 800 personnes qui vont maintenant être dirigées vers des hébergements d'urgence pour une durée minimum d'un mois, la durée qu'ils auront pour réaliser leurs demandes d'asile. Certains habitants du camp étaient installés sous une tente depuis un an.

Ces places dans des hébergements d'urgence ne sont pas substituées à d'autres demandeurs. D'abord parce que toutes ces personnes, prises en charge depuis ce matin, ont vocation, après leur mois en hébergement, à intégrer des centres d'accueil de demandeurs d'asile. Ils vont donc quitter rapidement les places dans les hébergements d'urgence. 

Des foyers de la poste et de la SNCF utilisés

Ensuite, concernant les migrants d'Austerlitz et du XVIIIe arrondissement, de nouvelles places et de nouveaux lieux ont été crées. "On a poussé les murs. On a mobilisé d'autres lieux qui étaient vides comme un foyer de la Poste, de la SNCF ou encore une ancienne clinique", explique Sophie Brocas, préfète de l'Ile-de-France. Pas de places en moins donc pour les SDF. D'ailleurs, ceux qui vivaient aux côtés des migrants à Austerlitz sont montés dans les bus vers les centres d'hébergements. 

L'État et la mairie de Paris espèrent évacuer un autre campement, celui du lycée Jean Carré, le dernier de la capitale, situé dans le XIXe arrondissement. Pour cela, il faudra encore trouver de nouvelles places d'hébergement d'urgence. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/