1 min de lecture Bretagne

Bretagne : un collectif s'attaque aux résidences secondaires

Face à la spéculation immobilière, des Bretons ont décidé de sensibiliser habitants et autorités à la régulation des résidences secondaires.

La Bretagne sous le soleil, loin d'être une exception
La Bretagne sous le soleil, loin d'être une exception Crédit : Anne-Corinne MORAINE
103132103886089535955
Laure-Hélène de Vriendt
Journaliste

Le littoral français est pris d'assaut l'été et ça ne plaît pas à certains. Un collectif breton a décidé de lutter contre les résidences secondaires de la région, explique Le Figaro. Baptisé Dispac'h ("révolte", en breton), il a déjà placardé des affiches sur les volets des maisons inhabitées une grande partie de l'année. "La Bretagne n'est pas une résidence secondaire ! Villages en ruine, jeunesse en exil", peut-on lire dessus. 

Comme le précise Le Figaro, Dispac'h vient de lancer une campagne contre la "spéculation immobilière" qui, selon eux, touche la Bretagne. "On veut sensibiliser à la fois les habitants et les élus à la régulation de l'immobilier secondaire", plaide son porte-parole Ewan Thébaud. Le baromètre 2017 des Notaires de l'Ouest, cité par le quotidien, confirme l'engouement pour le littoral ouest de l'Hexagone : 82% des appartements neufs vendus sont des résidences secondaires. 

Se tirer une balle dans le genou

Olivier Lepick, maire de Carnac
Partager la citation

Le collectif se plaint notamment que "les logements sont devenus inaccessibles à celles et ceux qui ont de faibles revenus" : "Les villages ainsi vidé de leur vie plus de la moitié de l'année voient fuir les services publics et disparaître les dynamiques locales", ajoute Dispac'h au Figaro. Certaines communes bretonnes sont plus impactées que d'autres, comme Carnac, où 72,7% des habitations sont des résidences secondaires. 

À lire aussi
Le pot d'échappement d'un véhicule diesel (illustration). environnement
Les actualités de 12h30 - Pollution : alerte aux particules fines en Bretagne

Son maire Olivier Lepick essaie de tempérer l'ardeur du collectif : "Les locaux sont très contents de vendre leur maison très cher aux Parisiens mais se plaignent ensuite de ne pas pouvoir se loger", résume-t-il a Figaro. S'il entend qu'il faut faire baisser le ratio, le maire de Carnac précise que "les résidents secondaires contribuent largement au bien-être économique de la commune". "Vouloir les faire repartir ou les surtaxer, c'est se tirer une balle dans le genou", conclut-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bretagne Vacances Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793866646
Bretagne : un collectif s'attaque aux résidences secondaires
Bretagne : un collectif s'attaque aux résidences secondaires
Face à la spéculation immobilière, des Bretons ont décidé de sensibiliser habitants et autorités à la régulation des résidences secondaires.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/bretagne-un-collectif-s-attaque-aux-residences-secondaires-7793866646
2018-06-25 12:19:45
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ezWVT9XnOQAULe1_Ny1OBA/330v220-2/online/image/2018/0531/7793598547_la-bretagne-sous-le-soleil-loin-d-etre-une-exception.jpg