1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Bison Futé : l'organisme du trafic routier va mettre la clé sous la portière
2 min de lecture

Bison Futé : l'organisme du trafic routier va mettre la clé sous la portière

REPLAY - Le 1er mai prochain, après ses 40 ans de bons et loyaux service, le fameux petit indien qui nous guide sur la route va disparaître. Ou presque.

Un panneau indique la diffusion de cartes routières aux automobilistes, lors d'une opération "Bison Futé", le 30 juin 1978, sur l'autoroute de l'Ouest
Un panneau indique la diffusion de cartes routières aux automobilistes, lors d'une opération "Bison Futé", le 30 juin 1978, sur l'autoroute de l'Ouest
Crédit : AFP / Joël Robine
Bison Futé : l'organisme du trafic routier va mettre la clé sous la portière
00:03:38
Loïc Farge
Loïc Farge

Le nom "Bison Futé" va rester. Mais la tribu, les 150 hommes et les femmes qui se cachent derrière le bison, vont effectivement se disperser. C'est un peu dommage parce que cet été, le 31 juillet, lors du fameux "chassé-croisé des juillettistes et des aoûtiens", on aurait pu fêter les 40 ans de Bison Futé. L'idée est née en 1975, après un week-end cauchemardesque "pare-choc contre pare-choc", après donc 600 kilomètres de bouchons. Le gouvernement Chirac doit réagir. L'été suivant, on édite 600.000 cartes avec les itinéraires bis. RTL diffuse le tam-tam de Bison Futé qui donne les jours à éviter.

La mascotte "Bison Futé", qui n'est d'ailleurs pas un bison mais un petit Indien sioux, est immédiatement adopté par les automobilistes. Si cela n'avait pas été Bison Futé, on aurait passé quarante ans avec "Ginette la girafe". C'est le publicitaire Daniel Robert - le même qui inventa les slogans "SNCF c'est possible" et "Un verre ça va, trois verres bonjour les dégâts" - qui a proposé le bison pour rendre l'information routière sympathique. Du coup pendant quarante ans, les Français ont à peine vu que derrière le bison il y a avait un organisme interministériel qui chapeaute les centre d'informations routières.

150 personnes éparpillées

Ce sont les centres d'informations routières qui vont disparaître le 1er mai. Le centre national de Rosny-sous-Bois (Cnir) va mettre la clé sous la portière. Tout comme les centres régionaux d'informations routières (Crir) situées dans les zones de défense (Rennes, Lille, Bordeaux, Marseille, Lyon, Metz). Les salles d'exploitation qui étaient ouvertes 24 heures sur 24 vont fermer. Les 150 personnes qui y travaillaient vont donc être éparpillées. Les policiers et les gendarmes détachés vont être récupérés par le ministère de l'Intérieur. Les autres vont intégrer une sous-direction du ministère des Transports.

En fait, la coordination des situations de crises sur la route va être reprise par des cellules dépendant des préfectures. "On va perdre un vrai savoir-faire acquis en matière de coordination et de conseils routiers", disent les vieux routiers de Bison Futé qui reconnaissent avoir été dépassés.

Bison Futé scalpé par les applications

À lire aussi

Bison Futé a été scalpé par les GPS et les applications d'aide à la conduite, comme Waze et Coyote. Alors que Bison Futé mesure le trafic notamment avec des boucles de comptages dans la chaussée, les applications communautaires de nos téléphones sont beaucoup plus futées que le gros Bison. La participation des automobilistes permet d'atteindre une grande précision. Rassurons les nostalgiques : le nom "Bison Futé" va rester. Il va continuer de faire des prévisions, de colorer les week-ends en rouge, en orange et en noir.

"On ne va pas se tuer la plus belle réussite marketing de l'État", dit-on au ministère des Transports qui pourrait lancer dans un an une application Bison Futé, derrière laquelle il n'y aura pas un réseau mais seulement quelques personnes. Bison Futé va garder des couleurs, mais n'aura donc plus que la peau sur les os.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/