2 min de lecture Loups

Biodiversité : la France a dépassé le cap des 500 loups plus tôt que prévu

Le Groupe national Loup a confirmé que le seuil fatidique des 500 loups a été dépassé en France cette année. Un objectif garantissant la viabilité de l'espèce et que les experts espéraient atteindre en 2023 seulement.

Photo de loups prise le 17 octobre 2006 à Saint-Martin-Vésubie
Photo de loups prise le 17 octobre 2006 à Saint-Martin-Vésubie Crédit : AFP
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini

Ça y'est c'est officiel. Trente années après leur réintroduction naturelle dans le Parc national du Mercantour en 1992, les loups ont atteint le cap des 500 individus en France cette année. Ce seuil minimal garantit selon les naturalistes la viabilité de l'espèce. Comme le révèle Le Parisien, c'est le Groupe national Loup qui l'a confirmé ce mardi 27 mai lors d'une réunion à Lyon. Un objectif atteint plus tôt que prévu puisque les experts ne pensaient pas que la population atteindrait un tel nombre avant 2023. 

Une bonne nouvelle pour les ministères de l’Écologie et de l’Agriculture qui assurent que le "plan loup" a pour objectif de "préserver la dynamique de l’espèce". Pas sûr que cela soit accueilli avec le même enthousiasme du côté des bergers qui ont perdu 1.400 bêtes depuis le début de l'année selon Le Parisien. En effet, ce sont 12.800 mères et leurs petits qui ont été tuées par les loups en 2018.

Une augmentation des tirs prévue par le gouvernement

Face à cette croissance démographique plus importante que prévue, le gouvernement s'apprête toutefois à autoriser davantage de tirs contre les loups. D'abord fixé à 12% maximum, le taux de "prélèvements" autorisés dans les zones "prédatées"  à titre dérogatoire et seulement en cas d’attaques répétées, sera réévalué à 17% cette année. "Si ce taux est augmenté cette année, c’est pour stabiliser la population qui connaît une explosion démographique avec une progression du nombre d’individus de 20 % en moyenne chaque année", explique le ministère de l'Écologie au Parisien.


Ce week-end même, dans la nuit du samedi 25 au dimanche 26, un loup solitaire a été abattu aux portes de Nîmes. Ce loup "très probablement" solitaire a été tué par un lieutenant de louveterie dans le cadre d'un tir de défense autorisé par arrêté préfectoral, afin de protéger un troupeau d'ovins menacé selon le communiqué de la préfecture du Gard. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Loups Environnement France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants