1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Biodiversité : deux tiers des animaux vertébrés ont disparu en 50 ans
2 min de lecture

Biodiversité : deux tiers des animaux vertébrés ont disparu en 50 ans

Emmanuel Macron va donner, ce vendredi 3 septembre, le coup d'envoi du congrès mondial pour la nature à Marseille, qui doit permettre d'alerter au sujet de la biodiversité.

Une forêt tropicale en Indonésie (illustration)
Une forêt tropicale en Indonésie (illustration)
Crédit : ROMEO GACAD / AFP
Biodiversité : il y a 3 fois moins d'animaux sur terre qu'en 1970
02:50
Biodiversité : il y a 3 fois moins d'animaux sur terre qu'en 1970
02:50
Virginie Garin - édité par Charlotte Diry

Près de 160 pays seront réunis pendant 11 jours au chevet de la biodiversité, de la flore et de la faune lors du congrès mondial pour la nature, qui s'ouvre ce vendredi 3 septembre. Au programme : négociations et prises de mesures afin d'éviter une sixième extinction des espèces. 

Les chiffres sont édifiants. En 50 ans, l'homme a réussi a faire disparaître de la planète les deux tiers des populations d'animaux vertébrés, c'est-à-dire les mammifères, reptiles, oiseaux, amphibiens. Il y a donc trois fois moins d'animaux sur terre qu'en 1970, selon le dernier rapport du WWF "planète vivante", qui se base sur des chiffres donnés par les États eux-mêmes. 

Si autant d'animaux ont disparu, c'est surtout à cause de la déforestation. En Malaisie, il n'y aura bientôt plus d'orangs-outangs. Leurs forets sont rasées pour faire pousser des palmiers et produire la fameuse l'huile de palme. Par ailleurs, à cause de la surpêche, il existe des bateaux industriels avec des filets qui peuvent faire 50 km de long et qui ratissent les océans. 

Le braconnage toujours présent

Éléphants, rhinocéros, gorilles, des espèces pourtant protégées, continuent d'être chassés pour leur viande ou leur vertus soi-disant médicinales. Les braconnier modernes sont de plus en plus nombreux, des groupes terroristes qui se font de l'argent afin d'acheter des armes. En Afrique, un tiers des éléphants a disparu en 7 ans seulement, chassés à la kalachnikov pour leur ivoire.

À lire aussi

Le but de ce congrès à Marseille : faire un électrochoc pour que tous les pays s'accordent à dire que "c'est grave". Si trop d'espèces disparaissent, on risque d'avoir des problèmes pour se nourrir, pour avoir de l'eau potable, pour éviter les maladies. Toutes les grandes pandémies récentes ont eu pour origine un animal dont on a réduit le territoire, comme la chauve-souris pour Ebola. L'ONU prévoit cinq à six pandémies, comme celle du Covid, par siècle si on continue ainsi a maltraiter la nature.

L'enjeu des discussions de Marseille, c'est alors de transformer un tiers de la planète en réserves naturelles. On n'en fait pas des zoo sous cloche, mais en alliant avec intelligence, l'économie et la protection de la nature. Ce qui a sauvé le thon rouge en Méditerranée, ce sont des quotas de pêche. Il y a plein d'exemples qui montrent que c'est possible.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/