1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Bernard Accoyer : "Le gouvernement devrait mettre Richard Ferrand en retrait"
1 min de lecture

Bernard Accoyer : "Le gouvernement devrait mettre Richard Ferrand en retrait"

REPLAY - INVITÉ RTL - Le secrétaire général des Républicains, qui réclame le départ de Richard Ferrand du gouvernement, assure que cela n'est en aucun cas une "vengeance" après l'affaire Fillon.

Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains
Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains
Crédit : FRED DUFOUR / AFP
Bernard Accoyer : "Le gouvernement devrait mettre Richard Ferrand en retrait"
07:07
Bernard Accoyer : "Le gouvernement devrait mettre Richard Ferrand en retrait"
07:12
Claire Gaveau
Claire Gaveau

Richard Ferrand, Marielle de Sarnez... Le premier gouvernement d'Édouard Philippe met déjà à l'épreuve la république exemplaire prônée par Emmanuel Macron. De quoi alimenter les discussions et les critiques de l'opposition. Ainsi à droite comme à gauche, certains demandent la démission de Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires.

Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains, a rencontré le nouveau ministre de la Justice François Bayrou pour notamment discuter de ces dossiers chauds. "Il y a déjà trois ministres, pourtant passés au scanner, qui sont concernés. Je l'ai questionné et il m'a dit qu'il ne donnerait aucune directive", a expliqué le Républicain au micro de RTL.

Il n'y a pas de vengeance, ce sont juste des faits

Bernard Accoyer

Mais malgré le soutien invétéré du gouvernement, une nouvelle fois réédité par Édouard Philippe sur France 2 ce mardi 30 mai, Bernard Accoyer réclame de l'exemplarité dans les rangs du gouvernement. "Les révélations posent la question de comment ou pourquoi l'exécutif continue de le soutenir. Clairement, c'est un gouvernement qui a affiché comment première priorité, avant l'emploi et avant les urgences sécuritaires, de toucher et remodeler les textes concernant l'éthique et la morale en politique devrait donner l'exemple en mettant ce ministre en retrait", a-t-il déploré.

Pas question cependant de ressasser le passé et la difficile campagne des Républicains derrière François Fillon. "Il n'y a pas de revanche, il n'y a pas de vengeance, ce sont juste des faits", a-t-il assuré. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/