1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Belgique : ce que l'on sait sur l'attaque à la machette de deux policières à Charleroi
2 min de lecture

Belgique : ce que l'on sait sur l'attaque à la machette de deux policières à Charleroi

L'agresseur qui a crié "Allah Akbar" lors de l'attaque était connu de la police pour des "infractions de droit commun".

Deux policières ont été blessées lors d'une attaque à la machette le 6 août à Charleroi, en Belgique.
Deux policières ont été blessées lors d'une attaque à la machette le 6 août à Charleroi, en Belgique.
Crédit : VIRGINIE LEFOUR / BELGA / AFP
Marie de Fournas & AFP

Une attaque terroriste. Samedi 6 août, vers 16 heures, un homme arrive devant l'hôtel de police de Charleroi en Belgique. Deux policières en faction se trouvent devant l'établissement. Selon David Quinaux, le porte-parole de la police de Charleroi, interviewé par RTL, l'individu aurait "immédiatement sorti une machette du sac de sport qu'il portait" et attaqué les deux fonctionnaires. Des coups "très violents au visage", précise-t-il et le tout en criant "Allah Akbar" (Dieu est grand). Une troisième policière ouvre alors le feu sur l'assaillant et le blesse gravement. 

L'agresseur meurt tard dans la journée à l'hôpital, des suites de ses blessures. "Le décès de l'agresseur à la machette est confirmé", indique la police de Charleroi sur son compte Twitter. "Les deux collègues sont hors de danger", précise-t-elle par ailleurs. L'une d'elles souffre cependant "de plaies profondes à hauteur du visage" et l''autre a été "très légèrement touchée", précise la police.

Daesh revendique l'attaque

Dès le dimanche 7 août au matin, une enquête est ouverte par la justice belge pour "tentative d'assassinat terroriste (…) compte tenu d'un certain nombre d'éléments apparus immédiatement", indique le Premier ministre belge Charles Michel, en référence au fait que l'assaillant, abattu, a crié "Allah Akbar". Un juge d'instruction spécialisé en matière de terrorisme est saisi de l'affaire. Plus tard dans l'après-midi, le groupe État islamique revendique l'attaque, via Amaq, un organe de propagande de l'organisation jihadiste. "L'assaillant de Charleroi est un soldat de l'EI qui a mené cette opération en réponse aux appels pour attaquer la population des pays de la coalition croisée", écrit Amaq.

L'agresseur identifié par les enquêteurs

De leur côté, les enquêteurs avancent sur l'identification de l'agresseur à la machette. Il s'agit d'un Algérien de 33 ans connu de la police "pour des infractions de droit commun mais pas pour des faits de terrorisme", annonce dimanche 7 août le parquet fédéral belge. "Il séjournait en Belgique depuis 2012", détaille le parquet dans un communiqué, ajoutant que "deux perquisitions ont déjà été effectuées dans l'arrondissement de Charleroi". Le sac à dos qu'il portait "a été examiné par le service de déminage", qui n'a découvert aucune arme ou explosif, précise le parquet.

À écouter aussi

L'homme était également en séjour illégal en Belgique depuis 2012 et n'a pas respecté deux ordres de quitter le territoire, indique dimanche dans un communiqué le cabinet du secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration, Theo Francken. Selon la chaîne belge VMT, l'homme n'avait pas été placé dans un centre fermé par manque de place et son pays d'origine, l'Algérie, s'était opposé à son renvoi depuis la Belgique.


Des "indices permettant de considérer que l'attaque ait pu être inspirée par un motif terroriste", le parquet fédéral a repris l'enquête menée initialement par le parquet de Charleroi. "Un juge d'instruction spécialisé en matière de terrorisme a été saisi", a-t-il précisé dans son communiqué. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/