2 min de lecture Société

Attentats de Paris : "Il faudra du temps pour évacuer la violence", dit un rescapé du Bataclan

TÉMOIGNAGE - Le 13 novembre 2015, Arnaud était au premier étage du Bataclan au milieu des terroristes. Il reste marqué par la colère.

Générique 1 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Attentats de Paris : "Il faudra du temps pour évacuer la violence", dit un rescapé du Bataclan Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
Micro RTL (illustration)
Nicolas Burnens et Loïc Farge

Arnaud a vécu de très près l'attaque du Bataclan, le 13 novembre 2015. Avec sa femme, il a été retenu au premier étage de la salle de spectacle parisienne, avec une dizaine d'autres personnes. Un an plus tard, ce quadragénaire aux cheveux grisonnants, tremble encore lorsqu'il évoque son face-à-face avec les terroristes. Ce Parisien nous reçoit dans sa cuisine, autour d'un café. Une cigarette à la main, il cherche ses mots, observe de longs silences quand il raconte ses heures passées dans un couloir, à surveiller les issues, une kalachnikov pointée sur lui.

Ce père de famille a assisté, impuissant, au massacre perpétré un étage plus bas, dans la fosse, avant d'être blessé lors de l'intervention des hommes de la BRI. L'un des preneurs d'otages a déclenché sa ceinture d'explosifs juste à côté de lui. Aujourd'hui, ce graphiste se décrit comme un miraculé. Il a repris le travail, se reconstruit à travers le dessin et la peinture. Comment se sent-il aujourd'hui ? "Pas trop mal, ça va", répond Arnaud, qui avoue être sujet à de l'hyper-vigilance.

"Dès que j'arrive quelque part, même pour aller chercher mes gamines, j'inspecte les lieux, j'observe. Quand je vais au cinéma, c'est compliqué : il faut que j'arrive en avance, que je me place à proximité d'une sortie de secours", confie-t-il.

À lire aussi
Le gouvernement veut mettre en place un Service national universel société
Les actualités de 18h - Service national universel : l'expérience lancée dans 13 départements

Ces deux heures et demi contre une vitre. Ça reste violent

Arnaud, rescapé du Bataclan
Partager la citation

"On a de la résilience, mais pas plus marquée que cela", poursuit Arnaud. "Il y a quand même des choses visuelles qui sont encore très présentes. Ce que je mettrai du temps à oublier, c'est peut-être la prise d'otage en elle-même et ces deux heures et demi contre une vitre. Ça reste violent", admet-il. "C'est un petit peu comme être face à des robots. Ils venaient de tuer je ne sais combien de personnes. Ils étaient totalement déshumanisés : il n'y avait plus aucune réaction normale, ils rigolaient des gens qui mouraient, ils nous les faisaient écouter, ils nous ont dit des choses horribles", ajoute Arnaud, qui poursuit : "À la fin, il s'organisaient pour se faire exploser avec nous au milieu".

"C'est vraiment un poison la violence, ça se transmet bien, on a des envies de torture, on a des envies de répliquer la violence que l'on a subie", concède Arnaud. "La gestion de la violence s'évacue progressivement, mais il faudra du temps", ajoute-t-il. Il évoque aussi "la rage" qu'il a ressentie "pour cet enfoiré qui était dans mes pattes, quand je me suis relevé au milieu de ces corps et des boulons et des vis".

Le 13 novembre a-t-il changé sa vie ? "Il y a souvent un fantasme des gens de l'extérieur qui n'ont pas vécu ce qu'on a vécu. Ils peuvent s'imaginer que cela va être une révolution dans nos vies, qu'on va être un nouvel homme. C'est un petit peu faux. On garde son niveau d'emmerdes et ses capacités de bonheur", lâche Arnaud. "Je ne veux pas non plus que ces événements me poussent à partir à l'autre bout de la Terre pour me sécuriser. Franchement, j'ai des amis, une vie sociale et une certaine fierté (...) Il y a un peux d'orgueil à me dire que je ne changerai rien à ma vie", argue-t-il. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Attentats à Paris Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785645484
Attentats de Paris : "Il faudra du temps pour évacuer la violence", dit un rescapé du Bataclan
Attentats de Paris : "Il faudra du temps pour évacuer la violence", dit un rescapé du Bataclan
TÉMOIGNAGE - Le 13 novembre 2015, Arnaud était au premier étage du Bataclan au milieu des terroristes. Il reste marqué par la colère.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/attentats-de-paris-il-faudra-du-temps-pour-evacuer-la-violence-dit-un-rescape-du-bataclan-7785645484
2016-11-08 09:04:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/dPNgxLMVIACfOsSsTfvhCg/330v220-2/online/image/2016/1108/7785646332_une-vue-du-bataclan-le-17-novembre-2015.jpg