1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentats à Paris : "L'hôpital public n'a jamais été débordé" constate Martin Hirsch
1 min de lecture

Attentats à Paris : "L'hôpital public n'a jamais été débordé" constate Martin Hirsch

REPLAY - Le directeur de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris salue la mobilisation des établissements dans des "conditions effroyables".

Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
Crédit : Elodie Grégoire
Attentats : "Ce qui a bouleversé tout le monde, c'est la jeunesse des victimes" raconte Martin Hirsch
06:59

Les personnels des hôpitaux de Paris ont été confrontés à l'horreur dans les minutes, heures et jours qui ont suivi les attentats perpétrés dans la capitale vendredi 13 novembre. Malgré des conditions "effroyables", "ils ont été remarquables" salue Martin Hirsch. L'ancien haut commissaire du gouvernement Fillon raconte que beaucoup d'éléments des hôpitaux avoir "juste fait leur "devoir".

Nous n'avons pas saturé nos capacités de faire et de faire face

Martin Hirsch

"Ce qu'on a cherché à obtenir c'est qu'à aucun moment on puisse être débordé" décrit-il, justifiant par la même la mise en place du "plan blanc". "La mobilisation a été par précaution au delà de la région Île de France" raconte t-il, expliquant que "'l'hôpital public n'a jamais été débordé". Malgré "le nombre de victimes", nous n'avons pas saturé nos capacités de faire et de faire face".

"Ce qui a bouleversé tout le monde, c'est la jeunesse des victimes" rappelle t-il, avec des personnes atteintes qui avait "l'âge des internes". Martin Hirsch rappelle qu'entre "150 et 170" blessés sont toujours hospitalisés, qui que les personnels hospitaliers vont être amenés à revoir "des années".

Au final : pas de fierté, mais plutôt un sentiment de "devoir accompli", dans un contexte lourd où la mobilisation reste total, notamment en raison de la menace d'attaques aux armes chimiques"On a le devoir de se former à tout risque" rappelle Martin Hirsch, expliquant que "les exercices de préparation se faisaient avant" les attaques et se poursuivent après. La préparation doit servir à tout le monde. "On se sert les coudes, et ça va continuer!".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/