2 min de lecture Terrorisme

Attaque à Marseille : comment l’assaillant a échappé à une expulsion

ÉCLAIRAGE - L'homme qui a tué deux jeunes femmes à la gare de Marseille, un étranger en situation irrégulière détenteur d'un passeport tunisien, avait été interpellé à Lyon pour vol à l'étalage.

Thomas Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Attaque à Marseille : comment l'assaillant a échappé à une expulsion Crédit Image : BERTRAND LANGLOIS / AFP | Crédit Média : Thomas Prouteau / RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Thomas Prouteau Journaliste RTL

Comment l'assaillant de la gare Saint-Charles de Marseille a-t-il pu rester sur le territoire français alors qu'il était en situation irrégulière et connu pour des faits de droit commun ?

L'homme abattu après avoir tué deux jeunes femmes de 20 ans, dimanche 1er octobre lors d'une attaque au couteau revendiquée par Daesh, était un sans-abri toxicomane. Interpellé pour la dernière fois deux jours avant l'attaque, il aurait dû être expulsé. Cela ne s'est toutefois pas produit, faute d'un feu vert de la préfecture.

La procédure s'est déroulée en deux temps. D'abord la garde à vue pour vol à l'étalage, de vendredi à samedi. L'homme est entendu par des officiers de la police judiciaire de Lyon. Après une rapide enquête, ils considèrent qu'ils n'ont pas assez d'éléments. La procédure est donc classée sans suite.

Un enchaînement de circonstances

Seulement, le futur assaillant de Marseille a présenté un passeport tunisien sans visa en règle. Après sa garde à vue, il aurait donc dû faire l'objet de ce qui s'appelle une OQTF, une obligation de quitter le territoire, c'est la règle, avec un éventuel placement en rétention.

À lire aussi
Samuel Paty, enseignant tué le 16 octobre 2020 à Conflans-Sainte-Honorine (illustration) éducation nationale
Les infos de 7h30 - Assassinat de Samuel Paty : l'inspection générale publie son rapport

Samedi, pourtant, la préfecture de Lyon n'a pas pris cette décision. Les services chargés des étrangers ont choisi de relâcher l'homme, sans engager de procédure d'expulsion. Selon nos informations, il s'agirait d'un enchaînement de circonstances, notamment un problème de places au centre de rétention de Lyon-Saint-Exupéry. La question en tout cas met à mal à l'aise la préfecture de Lyon, qui n'a pas souhaité répondre à nos questions.

Une premier échec en 2005

Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, a décidé de saisir l'Inspection générale de l'administration (IGA) afin qu'une enquête administrative soit menée et fasse "toute la lumière" sur cette affaire d'expulsion manquée. Les conclusions devront être rendues "sous une semaine", a précisé le ministère de l'Intérieur.

En 2005, l'expulsion de l'assaillant de Marseille avait déjà échoué par manque de place. Pendant quatre ans, il s'était alors fait discret disparaissant des radars avant d'être retrouvé du côté de l'Italie. Selon nos informations, il possédait un permis de séjour italien entre 2009 et 2017 et souhaitait prochainement y retourner.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Marseille
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants