2 min de lecture Attentats à Paris

Assaut à Saint-Denis : Hasna Ait Boulahcen n'est pas morte en kamikaze

Le corps de femme découvert dans la nuit de jeudi à vendredi rue Cormillon a été formellement identifié après comparaison d'empreintes digitales, annonce le procureur de la République dans un communiqué.

L'immeuble pris d'assaut par le RAID et la BRI à Saint-Denis
L'immeuble pris d'assaut par le RAID et la BRI à Saint-Denis Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Deux jours après l'assaut de Saint-Denis, les enquêteurs cherchent toujours à confirmer l'identité des personnes mortes avec Abdelhamid Abaaoud dans l'appartement de la rue Cormillon. Les constatations faisaient jusqu'à présent état d'au moins deux morts, dont celui du belgo-marocain. Le parquet a confirmé vendredi que trois corps ont été retrouvés sur les lieux. 

Le procureur de la République de Paris François Molins a indiqué dans un communiqué que le cadavre de femme découvert dans la nuit de jeudi à vendredi était bien celui de Hasna Aitboulahcen (26 ans). Son corps a été formellement identifié après comparaison d'empreintes digitales. Un sac à main contenant un passeport à son nom a par ailleurs été découvert dans l'appartement. 

En fin d'après-midi, une source policière a indiqué à l'AFP qu'elle n'était pas morte en tant que kamikaze. Les enquêteurs ont d'emblée dit qu'une personne retranchée s'était fait exploser, pensant dans un premier temps qu'il s'agissait d'une femme. Mais c'est en fait un homme qui s'est fait sauter en kamikaze. 

Le troisième corps retrouvé dans les décombres n'a toujours pas été identifié. "Des fragments de corps appartenant selon toute vraisemblance" à un autre homme ont été retrouvés et son identification est en cours, a ajouté une source judiciaire.

À lire aussi
Ali Riza Polat lors du procès des attentats de janvier 2015, le 26 octobre 2020. Attentats à Paris
Procès des attentats de janvier 2015 : une reprise envisagée mercredi prochain

Les enquêteurs sont toujours à la recherche de Salah Abdeslam, l'un des auteurs présumés des attentats de vendredi à Paris qui ont fait 129 morts et plus de 350 blessés à Paris et au stade de France à Saint-Denis. Ils sont convaincus que son frère, Brahim, était dans le commando qui a attaqué plusieurs terrasses de cafés ou restaurants, avant de se faire exploser boulevard Voltaire, avant un autre assaut au Bataclan. Des perquisitions avaient eu lieu jeudi à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) dans l'appartement de la mère d'Hasna Aitboulahcen, 26 ans, qui pourrait avoir actionné un gilet explosif dans l'appartement de Saint-Denis. À ce stade de l'enquête, il est encore trop tôt pour affirmer qui est précisément le ou la kamikaze.

Parmi les auteurs des attentats du 13 novembre, quatre kamikazes, tous Français, ont déjà été identifiés: Brahim Abdeslam (31 ans), Bilal Hadfi (20 ans), Samy Amimour (28 ans) et Omar Ismaïl Mostefaï (29 ans). Il reste à mettre un nom sur un cinquième homme passé par la Grèce cet automne et auprès duquel a  été retrouvé au Stade de France un passeport syrien à l'authenticité douteuse, dont les policiers ont diffusé la photo. Deux autres assaillants, un au Bataclan et un au Stade de France, ne sont pas encore identifiés. Côté belge, neuf personnes ont été interpellées jeudi près de Bruxelles, dont sept proches de Bilal Hadfi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants