1 min de lecture Fonction publique

Après 6 mois d'exclusion, Agnès Saal revient au ministère de la Culture

L'ancienne directrice de l'INA avait été condamnée par la justice et exclue de son poste par décret présidentiel à cause de ses colossales factures de taxi.

Agnès Saal au siège social de l'INA à Bry-sur-Marne
Agnès Saal au siège social de l'INA à Bry-sur-Marne
Maxime Magnier

Elle avait quitté son poste avec perte et fracas. En janvier 2016, Agnès Saal était exclue temporairement de la fonction publique par un décret présidentiel. En cause, ses frais de taxi exorbitants lorsqu'elle était à la tête de l'INA : 40.000 euros dépensés en moins de dix mois, dont 6.700 par son fils. Finalement, en avril, l'ex-directrice de l'Institut national de l'audiovisuel (INA) avait écopé de trois mois de prison avec sursis et 4.500 euros d'amende pour "détournement de fonds publics par personne chargée d'une mission de service public".

Celle qui avait elle-même qualifié son cas de "symbole d'une trahison des élites" avait également dû s'acquitter de 5.500 euros versés en guise de dommages et intérêts et remboursement des frais de justice à Anticor, l'association de lutte contre la corruption qui s'était portée partie civile dans l'affaire.

Agnès Saal s'est remise dans les clous

Une source au ministère de la culture
Partager la citation

Six mois après son éviction, Le Monde rapporte ce lundi 4 juillet qu'Agnès Saal a fait son retour au ministère de la Culture, où elle avait déjà exercé par le passé. Selon le quotidien, elle y occupera "une mission rattachée au secrétariat général du ministère, consistant à piloter la double démarche de labellisation 'égalité professionnelle' et 'diversité'". Au ministère de la Culture, une source indique que l'ancienne directrice de l'INA "s'est remise dans les clous", ce qui semble indiquer qu'elle serait enfin sortie des procédures en tous genres et des remboursements qui lui incombaient.

Dans le même temps, le mouvement de moralisation entrepris dans la gestion des établissements publics, et déclenché par le cas d'Agnès Saal, suit son cours. En ce sens, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique formulera bientôt des propositions quant aux mesures nécessaires afin de renforcer à la fois l'éthique et les outils de contrôle dans l'administration.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Fonction publique INA Scandale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants