1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. APL : pourquoi le montant de votre aide au logement pourrait baisser
2 min de lecture

APL : pourquoi le montant de votre aide au logement pourrait baisser

ÉCLAIRAGE - Après la baisse de l'APL actée il y a un an, la Fondation Abbé Pierre dénonce un nouveau coup de rabot de 5 euros concernant les aides au logement.

Une carte d'allocataire.
Une carte d'allocataire.
Crédit : ALLILI MOURAD/SIPA
Marie Zafimehy

C'est une mesure presque passée inaperçue, mais qui n'a pas échappé à la vigilance de la Fondation Abbé Pierre. Le montant de l'Aide personnalisée au logement (APL), déjà réduit de 5 euros il y a tout juste un an, est destiné à être gelé à la rentrée prochaine. À l'origine : le vote d'une disposition "cachée" de la loi de finance 2018 qui annule l'habituelle revalorisation des aides au logement au mois d'octobre.

"C'est une désindexation par rapport à l'inflation", explique sur RTL Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre qui a lancé l'alerte sur Twitter, jeudi 14 juin. 

Concrètement, chaque année, le montant des aides au logement est indexé sur l'indice des prix à la consommation calculé par l'INSEE et revalorisé en fonction, afin de ne pas réduire le pouvoir d'achat des ménages. Or, cette année ce ne sera pas le cas et, alors que les prix seront en hausse, les aides resteront stables.

Qui est concerné ?

Toutes les personnes percevant des aides au logement sont potentiellement concernées par cette mesure. Selon Manuel Domergue, ce nouveau "coup de rabot" mène en moyenne, à un "manque à gagner" pouvant aller de 4 à 5 euros selon les ménages. "Ça va dépendre du taux de l'inflation en octobre et surtout c'est un taux. Donc en fonction de votre montant d'APL, la coupe sera plus ou moins importante", précise-t-il.

À lire aussi

Plus encore : puisque la "baisse" sera proportionnelle au montant d'aides au logement perçu, les ménages qui bénéficient le plus de ces allocations seront également ceux qui en pâtiront le plus.

Il ne s'agit pas d'une baisse mais tout simplement d'une non-augmentation

Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des Territoires

L'exécutif se défend pourtant d'avoir fait voter cette "baisse" supplémentaire de 5 euros en douce. "Il ne s'agit pas d'une baisse (...) mais tout simplement d'une non-augmentation", a souligné le ministre de la Cohésion des Territoires Jacques Mézard mardi 19 juin lors d'un entretien avec des journalistes. Selon lui, "Il n'y a absolument rien de caché" puisque cette mesure s'inscrivait en toute transparence dans le budget 2018.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/