2 min de lecture Économie

Airbus dégraisse, malgré des profits record

ÉDITO - Airbus envisage de déplacer ou de supprimer 3.600 postes dans les mois à venir en raison des baisses de cadence de production de l'A380 et de l'A400M. Une perspective que l'on a du mal à cerner, car la situation de l'avionneur est pourtant bonne.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
Airbus dégraisse, malgré des profits record Crédit Image : AFP / Éric Piermont | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Loïc Farge

Airbus vole dans un ciel sans turbulences. Les performances financières de l'entreprise sont en hausse de 52%, et elle a dégagé 3,4 milliards de résultat en 2017. Et pourtant mercredi 7 mars va s'ouvrir à Toulouse un dossier social dont l'objectif est très clair : adapter les effectifs des différents sites de fabrication aux performances futures de la société.

Car les bons résultats financiers passés ne peuvent plus masquer la mauvaise mine de deux programmes phares d'Airbus. Le soufflet est retombé pour l'A380, et l'avion militaire A400M ne surmonte pas sa profonde crise de croissance.

L'A380 est plébiscité par les passagers, mais pas par les compagnies
qui boudent ce géant des airs. La commande de vingt machines par Emirates (on ignore d'ailleurs à quel prix réel) ne suffit pas pour assurer son avenir. Ses cadences de production vont passer de trente avions par an à six en 2020.

Le diagnostic est identique pour l'A400M. Trop complexe, difficile à fabriquer, il a déjà coûté 8 milliards à l'entreprise. Lui ne sera plus fabriqué qu'au rythme de huit machines en 2020.

La France marginalement concernée

Ces revers n'expliquent pas tout. Il y a aussi un volet stratégique dans ce ralentissement musclé des cadences. Airbus s'achète du temps, celui qui est nécessaire à la séduction de nouveaux clients pour deux appareils qui, commercialement, volent à très basse altitude.

À lire aussi
La croissance française est de 0,3% sur le dernier trimestre selon l'INSEE économie
Les réformes ont surtout amélioré le niveau de vie des ménages aisés, selon l'INSEE

Les ateliers français ne seraient que marginalement concernés par la remise en cause des 3.600 postes. Pour une raison très simple : les équipes attachées au programme A380 ont déjà été versées vers la construction des A320 et A350, deux appareils qui connaissent un grand succès et dont les cadences doivent accélérer encore.

Très concrètement, ce sont deux sites allemands, ainsi que les sites de Séville (en Espagne) et de Filton (en Grande-Bretagne) dédiés à l'avion militaire, qui sont sur la sellette. Ces centres de production, qui emploient beaucoup d’intérimaires, savent depuis 2016 qu'ils seront concernés par d'éventuelles réductions d'effectifs.

Les plus

- Les jeunes entreprises de moins de 7 ans ont totalisé 12% des créations nettes d'emplois l'an dernier.

- Bonne nouvelle pour le futur de l'industrie télécom en Europe : il y a enfin à Bruxelles un consensus technique sur la 5G. Une technologie où les Chinois et Américains sont en pointe.

La note du jour

12/20 à l'Agence française anticorruption. Elle lance sa première enquête en ligne sur la prévention des petites et grandes magouilles dans les administrations et les entreprises publiques.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Airbus Aéronautique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants