1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Airbnb demande à ses utilisateurs de signer une charte contre le racisme
2 min de lecture

Airbnb demande à ses utilisateurs de signer une charte contre le racisme

CLICS À LA UNE - Et en cas de refus, le loueur ne pourra ni héberger, ni louer un logement sur le site.

Airbnb et les autres plateformes d'économie collaborative dans le viseur de Bercy
Airbnb et les autres plateformes d'économie collaborative dans le viseur de Bercy
Crédit : JOHN MACDOUGALL / AFP
Airbnb demande à ses utilisateurs de signer une charte contre le racisme
02:43
Marie-Pierre Haddad

Dès mardi 1er novembre, les utilisateurs du site AirBnB devront signer une charte pour lutter contre la discrimination. Le site recense de plus en plus de cas de loueurs qui refusent d’héberger certaines personnes pour des raisons racistes. Pour lutter contre ce phénomène, chaque loueur doit s’engager à signer un texte où il est écrit que "chacun avec respect, sans jugement ou préjugé, et sans distinction de race, religion, origine nationale, ethnicité, handicap, sexe, identité de genre, orientation sexuelle, ou âge". 

Si un loueur refuse de signer ce texte, il ne pourra plus "héberger ou réserver sur AirBnB". Cette charte s'inscrit dans un plan mis en place par le site de locations sur Internet. Une nouvelle mesure prévoit de mettre en avant, de façon plus discrète, la photo de profil sur votre compte. 

Autre mesure, Airbnb va mettre en place une équipe qui sera chargée de régler ses questions en cas de discrimination. Selon une étude de l'université d'Harvard réalisé en 2015, "les personnes dont le nom avait une 'consonance afro-américaine' avaient 16% de chances en moins de voir leur demande de location acceptée", note Libération. .

À découvrir aussi dans "Clics à la une"

Dans huit jours, les Américains vont désigner leur président et la bataille fait rage entre Hillary Clinton et Donald Trump. Dimanche 30 octobre, la page Wikipédia du "mensonge pathologique" a été piratée puisqu'elle était illustrée par une photo de Hillary Clinton. Évidemment, les pro-Trump n'ont pas hésité à partager la page sur Twitter pour se moquer de la candidate démocrate. D’après le blog du Monde Big Browser, l’auteur de cette mauvaise blague serait "Marcus Savage", un internaute qui "fait apparaître un tropisme certain pour la page consacrée aux soutiens du candidat républicain Donald Trump, pour les dictatures d’extrême droite et pour le talk-show politique anti-'politiquement correct' du comique Dave Rubin", souligne le site. 
 
Les Destiny's Child font leur apparition sur Instagram. Le groupe qui a fait connaître Beyoncé, a désormais sa page officielle sur le réseau social qui poste régulièrement des photos de Michelle, Kelly et Beyoncé. En une semaine, 33.100 personnes se sont déjà abonnées au compte.  

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/