1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Affaire de la "veuve noire de l'Isère" : le parquet pointe le manque de moyens
2 min de lecture

Affaire de la "veuve noire de l'Isère" : le parquet pointe le manque de moyens

Le Parquet a relativisé sa responsabilité dans la remise en liberté de la "veuve noire", Manuela Gonzalez, pointant le manque de moyens.

Nicolas Cano, le fils de Jean-Pierre Cano, l'ancien mari de Manuela Gonzalez
Nicolas Cano, le fils de Jean-Pierre Cano, l'ancien mari de Manuela Gonzalez
Crédit : JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Manuela Gonzalez, surnommée la "veuve noire de l'Isère", avait été condamnée en avril 2014 à 30 ans de réclusion pour le meurtre de son dernier mari, mais elle a depuis été libérée. Son délai de jugement en appel a été jugé trop long, or le Parquet a pointé un manque de moyens pour pouvoir juger plus rapidement.

Le procureur général de Grenoble demande ainsi "des moyens supplémentaires" pour pouvoir juger plus rapidement les affaires criminelles. "Je souhaite qu'on puisse augmenter le nombre de sessions d'assises pour que plus d'affaires soient jugées dans des délais plus rapides. C'est une question d'organisation, tributaire de moyens et d'effectifs", a déclaré Paul Michel, procureur général de Grenoble.

"On demande des moyens supplémentaires", notamment en ce qui concerne les magistrats du siège, a-t-il ajouté, en mettant en avant le nombre important d'affaires à juger au regard de la "forte criminalité" sur le ressort de la cour d'appel (Hautes-Alpes, Drôme, Isère).

Manuela Gonzalez était en détention provisoire depuis 5 ans et demi

Il s'était écoulé 17 mois depuis l'appel, sans qu'aucune date ne soit fixée pour le nouveau procès, qui ne devrait pas intervenir avant la mi-2016. Mme Gonzalez était en détention provisoire depuis 5 ans et demi. La chambre de l'instruction a donc fait application de la jurisprudence de la cour européenne des droits de l'Homme qui estime que "toute personne a le droit d’être jugée dans un délai raisonnable".

À lire aussi

La cour d'appel de Grenoble a ordonné le placement de l'accusée sous contrôle judiciaire: il lui est interdit de sortir du territoire national, de rencontrer les victimes et elle doit pointer une fois par semaine à la gendarmerie. Le parquet général s'était opposé à sa libération au regard "de la gravité exceptionnelle des faits" et du "risque de fuite" a rappelé M. Michel, qui étudie un éventuel pourvoi en cassation.

Ses quatre autres compagnons également empoisonnés

La quinquagénaire avait été condamnée à 30 ans de réclusion criminelle pour l'assassinat de son dernier mari, Daniel Cano, en octobre 2008, dans des conditions rappelant étrangement l'intoxication de quatre autres de ses compagnons.

Manuela Gonzalez doit être jugée en appel devant la cour d'assises de la Drôme. Or cette juridiction est désormais présidée par le président du premier procès d'assises, qui n'a pas le droit de juger en appel. Il faut donc trouver un nouveau magistrat pour le remplacer.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.