1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Affaire Crédit lyonnais : Bernard Tapie a raté son coup de poker
1 min de lecture

Affaire Crédit lyonnais : Bernard Tapie a raté son coup de poker

REPLAY - L’homme d’affaires est condamné à rembourser plus de 400 millions d'euros perçus en 2008 pour mettre un terme à son litige avec le Crédit lyonnais.

Marc-Oliver Fogiel
Marc-Oliver Fogiel
Crédit : Elodie Grégoire
"On refait le monde" du jeudi 3 décembre 2015 - l'intégralité
27:57
Prix des tarifs d’autoroute : à quoi joue Ségolène Royal ?
07:59
ARCHIVES RTL - Affaire Crédit Lyonnais : Bernard Tapie a-t-il raté son coup de poker ? ("On refait le monde", 03/12/2015)
12:45
Turquie, Russie, qui est l’ami de la France ?
07:11

On refait le monde avec :

- Rokhaya Diallo, militante du mouvement européen contre le racisme
- Élisabeth Lévy, directrice de la rédaction de Causeur
- Jean-Christophe Buisson, Directeur adjoint du Figaro Magazine- Joseph Macé-Scaron directeur de la rédaction de Marianne

Le coup de poker de Bernard Tapie a échoué. L’homme d’affaires est condamné à rembourser plus de 400 millions d'euros perçus en 2008 pour mettre un terme à son litige avec le Crédit lyonnais au sujet de la vente d’Adidas. Son avocat dénonce un “déni de justice". Pour Jean-Christophe Buisson, cela semble être l'affaire de trop. " Depuis mon plus jeune âge, j’ai l’impression d’avoir été bercé par des affaires Tapie. Je ne m’intéresse même plus au fond de ses affaires".

Citant Balzac, le directeur adjoint de Figaro Magazine souligne que Tapie pourrait incarner un personnage de roman, "jouant au poker avec des millions d'euros". De son côté, Joseph Macé-Scaron, le directeur de la rédaction de Marianne juge que pour une fois "Tapie est tombé sur des gens plus forts que lui, qui plus est, avec une justice dite normale". Il précise également que des complices comme Nicolas Sarkozy, ayant aidé l'homme d'affaires à contourner la justice pourraient également être inquiétés.

Élisabeth Lévy rappelle cependant que "dans le monde des affaires, on a recourt très souvent à l'arbitrage et qu'il n'est pas en soi délictueux". La directrice de la rédaction de Causeur s'avoue "partagée". "Comment Bernard Tapie ne pouvait-il pas savoir que sa boîte (Adidas) valait plus ?" s'interroge-t-elle. Elle souligne également que le problème de cette affaire tient au fait que l'arbitrage a été opéré avec de l'argent public, celui du Crédit Lyonnais.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/