2 min de lecture Alexandre Benalla

Affaire Benalla : le président appelé à s'exprimer face aux Français

Emmanuel Macron s'est exprimé mardi 24 juillet devant les députés de sa majorité, sur l'affaire Benalla. De quoi provoquer la colère des cadres de l'opposition, qui lui reprochent de réserver ses explications aux élus de son parti et de ne pas oser s'adresser à l'intégralité des Français.

>
L'opposition s'exprime après le discours d'Emmanuel Macron face aux députés LREM. Crédit Image : CHRISTOPHE ENA / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
Leia Hoarau
Leia Hoarau
Journaliste

Emmanuel Macron s'est adressé hier soir aux députés de sa majorité au sujet de l'affaire Benalla. Le discours a été salué par les députés LREM qui le considèrent comme "bienvenu" et "courageux" par un président qui "assume" son implication. "Le responsable, c'est moi et moi seul. (...) Qu'ils viennent me chercher", a-t-il déclaré. 


De quoi hérisser l'opposition. L'exclusivité de l'intervention d'Emmanuel Macron a fait réagir. Plusieurs cadres se sont exprimés pour demander au président de la République de soutenir ses arguments devant l'intégralité des Français. Les élus interpellent également le président sur Twitter. Ils insistent pour voir Emmanuel Macron s'adresser directement aux Français. 

Guillaume Larrivé, député LR et co-rapporteur de la commission d'enquête, s'est exprimé sur RTL ce matin. Selon lui, l'éviction des membres de l'opposition est une erreur de la part du président : "Emmanuel Macron a choisi de commenter cette affaire devant son fan club". Au sujet de la possible audition du président de la République par la commission d'enquête, il "tient à dénoncer aujourd'hui l'obstruction des députés de la majorité."

À lire aussi
Alexandre Benalla, devant la commission d'enquête sénatoriale le 18 septembre 2018 Alexandre Benalla
Affaire Benalla : l'enquête étendue au selfie le montrant avec une arme

Valérie Rabault, présidente du groupe Nouvelle Gauche (ex-PS), s'est également exprimée à l'antenne. Elle explique d'abord qu'elle n'était, au départ, pas favorable à l'audition d'Emmanuel Macron : "Je pense que c'est important qu'on préserve la fonction du président de la République". Néanmoins, étant donné que le président "s'est mis en scène" devant les membres de sa majorité, elle convient que "l'opportunité de son audition redevient plus d'actualité". 

S'expliquer envers les Français

Selon Marine Le Pen (Rassemblement National), le "Qu'ils viennent me chercher" prononcé par Emmanuel Macron n'est "pas très fait-play quand la Constitution (ce que nous ne contestons pas) le protège précisément de toute obligation de rendre des comptes". 
Dans un autre tweet, elle indique également que "La première chose que l'on demande à #Macron, c'est de s'exprimer. Il aurait pu dire qu'il a fait une erreur, tout le monde aurait pu comprendre cela. Mais il s'est muré dans le silence. Il veut camoufler toute la dissimulation qui a lieu depuis 2 mois et demi."

Eric Coquerel (France Insoumise) s'étonne également de la façon dont le président à chercher à se dédouaner auprès de ses députés en se portant volontairement responsable des faits, et souhaite également le voir affronter les jury de la commission d'enquête : "Emmanuel Macron se dit seul responsable ? Donc des coups de Benalla, de son usurpation de fonction, de son rôle dans d'autres manifs, du court-circuitage de la hiérarchie policière, voire de la police parallèle. Chiche qu'il parle devant la commission d'enquête".

Les "copinages malsains" dénoncés

De son côté, Daniel Fasquelle, député du Pas-de-Calais, s'insurge du discours du président. Pour lui, "Macron est responsable et... coupable ! (...) Coupable d'avoir attendu 5 jours pour prendre la parole devant les seuls députés LREM".

Jean-Luc Mélenchon, président du groupe La France Insoumise, aimerait que le président "vienne à la commission et qu'il nous dise. Parce que les copinages malsains, nous appelons ça une hiérarchie parallèle". Enfin, Gérard Larcher, président du Sénat, a également confié au Figaro qu'il aurait "préféré que le président s'adresse à la France et aux Français".

Selon Daniel Fasquelle, Emmanuel Macron est "coupable" Crédits : Twitter @DFasquelle | Date : 25/07/2018
4 >
Selon Daniel Fasquelle, Emmanuel Macron est "coupable" Crédits : Twitter @DFasquelle | Date : 25/07/2018
Eric Coquerel invite le président à s'exprimer devant la commission d'enquête Crédits : Twitter @ericcoquerel | Date : 25/07/2018
Pour Marine Le Pen, le "Qu'ils viennent me chercher" n'est "pas très fait play" Crédits : Twitter @MLP_officiel | Date : 25/07/2018
Marine Le Pen dénonce la volonté de "camoufler toute la dissimulation" de l'affaire Benalla Crédits : Twitter @MLP_officiel | Date : 25/07/2018
1/1
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alexandre Benalla Polémique Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794220537
Affaire Benalla : le président appelé à s'exprimer face aux Français
Affaire Benalla : le président appelé à s'exprimer face aux Français
Emmanuel Macron s'est exprimé mardi 24 juillet devant les députés de sa majorité, sur l'affaire Benalla. De quoi provoquer la colère des cadres de l'opposition, qui lui reprochent de réserver ses explications aux élus de son parti et de ne pas oser s'adresser à l'intégralité des Français.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/affaire-benalla-le-president-appele-a-s-exprimer-face-aux-francais-7794220537
2018-07-25 10:35:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/7HTsezqDNWXw2RzjbvlJMg/330v220-2/online/image/2018/0514/7793374210_emmanuel-macron-a-rouen-le-5-avril-2018.jpg