1 min de lecture Abattoir

Actes de cruauté sur des animaux : les images de l'abattoir d'Alès sont "hélas très courantes", raconte un vétérinaire

REPLAY / RÉACTION - Vincent Carlier, vétérinaire hygiéniste à l'école de Maison Alfort, qui travaille souvent dans les abattoirs explique ne pas avoir été surpris par les images prises dans l'abattoir d'Alès.

RTL Midi -  Christelle Rebière RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Actes de cruauté sur des animaux : les images de l'abattoir d'Alès sont "hélas très courantes", raconte un vétérinaire Crédit Image : BORIS HORVAT / AFP | Crédit Média : Virginie Garin | Durée : | Date : La page de l'émission
Virgine Garin
Virginie Garin et Édouard Nguyen

Les images de la vidéo où l'on découvre les dessous de l'abattoir municipal d'Alès dans le Gard ont été jugées choquantes par le maire de la ville. Ce dernier a annoncé la fermeture immédiate et à titre conservatoire de l'abattoir mercredi 14 octobre. Une enquête administrative va être ouverte sur d'éventuels manquements aux normes. Cependant, Vincent Carlier, vétérinaire hygiéniste à l'école de Maison Alfort, qui travaille souvent dans les abattoir estime que ce cas n'est malheureusement pas isolé. 

"Ce sont des images hélas très courantes, raconte-t-il. C'est quelque chose qui se passe dans tous les abattoirs. Que les animaux suspendus aient encore des mouvements agoniques, c'est quelque chose que l'on constate tous les jours. Les images sont de toute façon violentes. La mort d'un animal n'est pas un acte anodin". Il existe des règles pour limiter au maximum la douleur des animaux. Ils doivent être assommés et inconscients avant d'être abattus sauf pour l'abattage rituel où l'égorgement doit être rapide. 

Et dans cet abattoir, la question est de savoir si ces règles ont été respectées. "Peut-être que le problème de l'abattoir, c'est qu'il n'y avait pas d'application correcte de ces réglementations. Et quand elle est bien appliquée, la douleur de ces animaux est minime" conclut le vétérinaire. La filière de l'élevage l’Inter-profession, Interbev, a annoncé ce matin qu'elle se porterait partie civile. Reste à savoir si les règles ont été respectées dans cet élevage.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Abattoir Risque sanitaire Vétérinaire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants