2 min de lecture Société

Cyclone à la Réunion : le ministre des Outre-mer répond aux agriculteurs sinistrés

INVITÉ RTL - Après le passage du cyclone Béjisa, l'état de catastrophe naturelle se fera "dans les meilleurs délais", affirme le ministre qui reconnait "un soucis" concernant l'avance des fonds.

Le cyclone Bejisa a frappé La Réunion jeudi 2 janvier 2014
Le cyclone Bejisa a frappé La Réunion jeudi 2 janvier 2014 Crédit : AFP
Héloïse Leussier
Héloïse Leussier
et La rédaction numérique de RTL

Le passage du cyclone Bejisa sur l'île de la Réunion a fait une victime et de nombreux dégâts matériels. Les routes sont dévastées, des centaines de maisons sont abîmées, des bateaux ont coulé, et l'agriculture est sinistrée : les terrains, les équipements et les récoltes sont impactés.

Les réunionnais ont réclamé une déclaration de l'état catastrophe naturelle, à laquelle le ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, sur place depuis samedi matin, a répondu favorablement.

L'état de catastrophe naturelle se fera "dans les plus brefs délais"

Thierry, qui possède 3 hectares d'arbres fruitiers, des plantations sous serre et des élevages de poulets fait état des dégâts sur RTL.
"J'ai des arbres fruitiers, tous mes fruits sont tombés, on ne peut plus faire la récolte", explique-t-il. Quant aux panneaux de ses bâtiments d'élevage, ils "ont quasiment volé en éclats".

je demande au ministre de faire le nécessaire pour le déblocage de finances pour les catastrophes naturelles

Thierry, un agriculteur sur l'ïle de La Réunion
Partager la citation

"80 à 90% des récoltes sont parties", affirme-t-il, "ça nous met dans des difficultés financières". Thierry interpelle Victorin Lurel : "je demande au ministre de faire le nécessaire pour le déblocage de finances pour les catastrophes naturelles, que nous éleveurs et planteurs on puisse redémarrer nos exploitations et nos cultures."

À lire aussi
catastrophe naturelle
La Nouvelle-Calédonie en alerte cyclonique maximale samedi

Une demande à laquelle le ministre répond favorablement. L'état de catastrophe naturelle "se fera dans les meilleurs délais dans la mesure où les agriculteurs, les particuliers et les collectivités auront fourni au préfet de la région les dossiers", confirme Victorien Lurel sur RTL.

Égalité de traitement avec la Bretagne

Les dossiers pourraient être examinés lors du comité inter-ministériel qui aura lieu fin janvier, en même temps que ceux de la Bretagne. "Il n'y aura pas de différence de traitement entre les sinistrés bretons et les sinistrés réunionnais", souligne le ministre des Outre-mer.

Pour les pertes de fonds et de récoltes "il a des textes classiques, des procédures connues qu'on va appliquer rapidement", affirme-t-il.En revanche, reste à résoudre le problème de l'avance des fonds. Pour le cyclone Dumile qui a frappé l'île en janvier 2013, des
agriculteurs assurent avoir touché l'argent seulement à l'automne
. Le ministre a lui affirmé que les dernières indemnisations étaient intervenues en juillet.

Mais il reconnait qu'il faut agir "sur le pré-financement en attendant l'arrivée des fonds". "C'est un vrai soucis qui est posé au niveau national et dans tous les départements d'Outre-mer, il faut donc voir comment pré-financer avec les collectivités, les banques, les coopératives", dit-il.

>
"80 à 90% des récoltes sont parties", dit un agriculteur réunionnais Crédit Média : Nicolas Burnens | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société La Réunion Intempéries
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants