2 min de lecture Bangladesh

Textile : au Bangladesh, la face sombre des vêtements à prix cassés

Des milliers d’ouvrières du textile ont été licenciées au Bangladesh. C’est loin mais pourtant, ces conflits sociaux à 10.000 km de l’Europe nous concernent tous. C’est la face sombre et cachée de nos vêtements à prix cassés.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
Bangladesh : la face sombre des vêtements à prix cassés Crédit Image : AFP / Archives | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Marie Sasin

Le textile est une activité essentielle pour le Bangladesh. Le pays est l'usine textile du monde, un pays pauvre, sans ressources, soumis aux pires catastrophes climatiques mais deuxième exportateur mondial de vêtements. 

C'est dans ce pays que les plus grandes enseignes, européennes et américaines, font fabriquer leurs collections, des produits sans cesse renouvelés et sans cesse moins chers. Bien sûr, pour que ces exigences soient satisfaites, il faut que les 4.500 usines de ce pays fassent trimer leurs 3,5 millions d'ouvriers, des femmes à 80%, 10 heures par jour, 6 heures par semaine, toute l'année, pour 61 euros par mois, 3 fois moins que le minimum vital pour survivre dans ce pays où l'inflation est supérieure à 5%.

Le textile est à la fois la bouée de sauvetage et la grande faiblesse du pays. Ces industries sont toutes sous-traitantes de grands groupes : H&M, Zara, Decathlon, Gap, Nike et tous les autres, 30 milliards de dollars dans un pays qui est extrêmement pauvre et où le gouvernement ambitionne de porter la part du textile dans sa richesse nationale à 50 milliards.

Une concurrence sauvage

À lire aussi
bangladesh faits divers
Bangladesh : 8 personnes lynchées suite à des rumeurs de sacrifices humains

Il y a donc de fortes contraintes et il va falloir que les commandes des multinationales européennes et américaines restent dans le pays. Or la concurrence devient sauvage avec le Laos, le Cambodge et désormais l'Éthiopie qui proposent des salaires encore inférieurs. Il y a aussi pour le Bangladesh l'impérieuse nécessité de contenir ses salaires au plus bas. Voilà pourquoi toutes les manifestations, les grèves, les emprisonnements et les licenciements massifs n'ont débouché à ce jour que sur 15 centimes d'augmentation.

Les espoirs de débouchés positifs après ces mouvements sociaux sont minces. Le Bangladesh est aujourd'hui le 2ème fournisseur de l'Union européenne, avec huit milliards d’euros ces six derniers mois de costumes, de tee-shirts entrée de gamme. 

Son industrie textile est en train de rattraper celle de la Chine. Son gouvernement ne veut absolument pas lever le pied. Le seul espoir pour les ouvrières bengalis c'est la pression des multinationales qui sont donneuses d'ordre dans ces pays où ils sous-traitent leurs vêtements pour alléger, améliorer les conditions de travail et faire augmenter les salaires.

Tout cela dépend finalement de nous, les consommateurs. Il va falloir que l'on mette la pression à ces grandes enseignes et c'est à ce tarif que les enseignes feront quelque chose au Bangladesh. 

Les plus

La Banque de France estime que le pouvoir d'achat va croître de 1,5% en 2019.

Paris est la capitale mondiale de la trottinette électrique : 6 entreprises se disputent son marché et 3 autres sont dans les starting-blocks

La note

05/20 à EcoDDS, seul organisme en France qui collecte les déchets dangereux et comme il n'est pas satisfait du cahier des charges qui lui est imposé par le ministère de l'Environnement, il refuse désormais de collecter les peintures et autres solvants dangereux dans les déchetteries publiques. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bangladesh Textile Licenciement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796252167
Textile : au Bangladesh, la face sombre des vêtements à prix cassés
Textile : au Bangladesh, la face sombre des vêtements à prix cassés
Des milliers d’ouvrières du textile ont été licenciées au Bangladesh. C’est loin mais pourtant, ces conflits sociaux à 10.000 km de l’Europe nous concernent tous. C’est la face sombre et cachée de nos vêtements à prix cassés.
https://www.rtl.fr/actu/conso/textile-au-bangladesh-la-face-sombre-des-vetements-a-prix-casses-7796252167
2019-01-17 13:03:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/x7cgX9h5-Su8_1w6H4kt6w/330v220-2/online/image/2018/0604/7793627767_une-usine-de-production-textile-en-chine-le-12-mai-2015.jpg