2 min de lecture Bangladesh

Effondrement du Rana Plaza au Bangladesh : "Le salaire minimum d'un ouvrier du textile, c'est 60 euros par mois", s'indigne Nayla Ajaltouni

REPLAY - Ce revenu n'est pas suffisant pour vivre décemment estime la coordinatrice du collectif Éthique sur l'étiquette.

Stéphane Carpentier L'invité RTL du week-end Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
Effondrement du Rana Plaza au Bangladesh : "Le salaire minimum d'un ouvrier du textile, c'est 60 euros par mois", s'indigne Nayla Ajaltouni Crédit Image : MUNIR UZ ZAMAN / AFP | Crédit Média : Bernard Poirette | Durée : | Date :
La page de l'émission
Bernard Poirette
Bernard Poirette et Ludovic Galtier

Il y a trois ans jour pour jour, le 24 avril 2013, l'immeuble du Rana Plaza, au sein duquel se trouvait six usines textiles et 5.000 ouvriers, s'effondrait à Dacca, au BanglasdeshPlus de 1.100 personnes sont décédées. Les conditions de travail de cette main d'oeuvre exploitée avaient alors scandalisé la planète entière. Nayla Ajaltouni, coordinatrice du collectif Éthique sur l'étiquette, estime que depuis ce drame, 'il y a "une évolution certaine de la situation des bâtiments, des usines au Bangladesh mais on ne peut pas dire qu'on soit à l'abri d'un effondrement ou d'un incendie d'usine. La situation n'est pas réglée."

Le Bangladesh exporte chaque année des vêtements pour 27 milliards de dollars. Le taux du salaire moyen a été relevé de 75% depuis cette tragédie. "Le salaire minimum d'un ouvrier du textile, c'est 60 euros par mois. Même au Bangladesh, 60 euros par mois, ça ne suffit pas pour vivre décemment, se loger, se nourrir, envoyer ses enfants à l'école, tempère toutefois Nayla Ajaltouni. Pour gagner davantage que 60 euros par mois, certains sont obligés de travailler entre 70 et 100 heures par semaine notamment en raison de l'accélération du rythme de nos collections, des vêtements que nous achetons quotidiennement." C'est aussi le cas en période d'intense production comme les fêtes de fin d'année.

Benetton et Auchan avaient indiqué qu'elles ont été victimes d'une sous-traitance dissimulée de l'un des fournisseurs

Nayla Ajaltouni, coordinatrice du collectif Éthique sur l'étiquette
Partager la citation

Au moment de ce drame, les multinationales clientes de ces usines ont été pointées du doigt. "La réaction de ces multinationales du textile a été variable. Benetton et Auchan avaient indiqué qu'elles ont été victimes d'une sous-traitance dissimulée de l'un des fournisseurs. C'est une explication possible dans certains cas. C'est précisément ce qui est inadmissible. On ne peut pas être une multinationale aussi puissante et ignorer les conditions dans lesquelles sont produits ces vêtements (...) Un million de citoyens à travers le monde ont signé des pétitions pour que ces grandes marques signent un accord qui les contraint à financer un système indépendant d'inspection de leurs usines sous l'égide de l'Organisation internationale du travail, ça a marché Ce qui n'évolue pas, c'est les règles du commerce mondial." 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bangladesh Travail Usine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782955072
Effondrement du Rana Plaza au Bangladesh : "Le salaire minimum d'un ouvrier du textile, c'est 60 euros par mois", s'indigne Nayla Ajaltouni
Effondrement du Rana Plaza au Bangladesh : "Le salaire minimum d'un ouvrier du textile, c'est 60 euros par mois", s'indigne Nayla Ajaltouni
REPLAY - Ce revenu n'est pas suffisant pour vivre décemment estime la coordinatrice du collectif Éthique sur l'étiquette.
https://www.rtl.fr/actu/international/effondrement-du-rana-plaza-au-bangladesh-le-salaire-minimum-d-un-ouvrier-du-textile-c-est-60-euros-par-mois-s-indigne-nayla-ajaltouni-7782955072
2016-04-24 09:49:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/MV8Y-vjUYvw0Nn5XtAMOVA/330v220-2/online/image/2014/0822/7773843808_000-del6236083.jpg