2 min de lecture Santé

Coronavirus : ce que l'on sait des autotests, disponibles en vente libre cette semaine

Le directeur général de la Santé a annoncé dimanche que les autotests seront commercialisés dès la semaine prochaine en France. Ils pourront être proposés en supermarchés ou dans les officines.

Un test antigénique rapide (illustration)
Un test antigénique rapide (illustration) Crédit : Ina FASSBENDER / AFP

Le numéro 2 du ministère de Santé a annoncé, ce dimanche 14 mars, que les autotests contre le coronavirus seront disponibles dès "cette semaine", "en officine peut-être" ou "dans les supermarchés". Jérôme Salomon a toutefois précisé qu'il reste attentif à "l'évaluation scientifique" pour assurer la fiabilité des ces examens anti-Covid "faciles d'accès". 

"Le principe de l'autotest, c'est justement qu'on puisse l'avoir en famille. Ce sera en supermarchés ou en officines en tout cas, si c’est le plus facile, ça va être très facile à organiser", a déclaré le haut fonctionnaire et médecin infectiologue sur BFM TV, tout en soulignant la nécessité de garantir des résultats sûrs à la populations

"On ne peut pas autoriser des tests qui donneraient de faux négatifs, ou des faux positifs. Il faut donc la certitude que ces tests sont fiables", a déclaré le directeur général de la Santé, alors qu'un avis de la Haute autorité de Santé doit être rendu la semaine prochaine. L'agence est en charge de définir "les conditions d'homologation des kits de dépistage du Sars-CoV-2 à utiliser soi-même, préalable à leur autorisation par le gouvernement", explique Le Journal du Dimanche

Comment ça marche ?

Les autotests bientôt en vente libre sont des tests antigéniques rapides capables de détecter le virus ou des fragments dans un prélèvement nasal. Ce prélèvement s'effectue à la surface du nez, et non au fond du naso-pharynx. 

À lire aussi
société
Le journal de 8h - Coronavirus : le point complet sur la levée des restrictions du 19 mai

L'échantillon est ensuite inséré dans un tube qui contient un tampon d'extraction. Une réaction se produit si le coronavirus est présent dans le prélèvement. Après 15 ou 20 minutes d'attente, le résultat s'affiche. Si "une ligne colorée apparaît", c'est un test positif, explique le journal Sud Ouest

À la question d'un éventuel remboursement, "tout s'étudie" en fonction de "la réponse de la Haute autorité de Santé", a déclaré Jérôme Salomon, alors que la France est "le seul pays où les tests sont totalement pris en charge". 

Un défi majeur : le suivi des cas positifs et des cas contacts

Le numéro 2 du ministère de Santé a conclu en rappelant que plus de 60 millions de tests ont été réalisés en France. Malgré ce dépistage massif, un défi majeur reste à relever : le déclenchement du système "Tester-alerter-protéger" pour assurer l'isolement du malade et le suivi des cas contacts. 

"La question c'est comment ensuite on déclenche le système 'Tester-alerter-protéger' pour avoir le suivi de la personne et s'assurer qu'auprès de l'Assurance maladie on a bien le dispositif du contact tracing, a-t-il dit, parce que si on ne prévient plus vos contacts, c'est un vrai problème". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Coronavirus France Test
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants