6 min de lecture Maison jardin cuisine détente

Les mini-pommes de Sibérie dans Maison, Jardin, Cuisine, Brocante

REPLAY - Les minis pommes de Sibérie, le cochon confit, le tabouret à relooker et à chiner. C'est le programme de "Maison, Jardin, Cuisine, Brocante" du dimanche 14 février.

Maison Jardin Cuisine Brocante Maison Jardin Cuisine Brocante Laetitia Nallet & Thierry Denis & Sébastien Demorand & Églantine Éméyé
>
Télécharger Les mini-pommes de Sibérie dans Maison, Jardin, Cuisine, Brocante Crédit Image : Flickr/Rainer Fritz | Crédit Média : Laetitia Nallet,Sébastien Demorand,Églantine Éméyé,Thierry Denis | Durée : | Date : La page de l'émission
La rédaction numérique de RTL

Cuisine : le cochon confit à basse température

Procurez vous un petit carré de cochon dans l’échine, dans les 1,4 kilos. L’échine fait partie des morceaux qui restent toujours bien moelleux, et là, on va partir sur une texture confite, avec 3 heures de cuisson mais sans rien faire. Une fois que la viande est au four, vous n’y touchez plus. Déjà, le cochon, comme le bœuf ou le veau, doit être à température ambiante pour cuire correctement, donc sortez la viande du frigo au moins une heure à l’avance. Ou mieux, vous ne la mettez pas au frigo en rentrant du marché. Ensuite, un peu d’ail, un peu de sauge et vous avez une recette toute simple à réaliser.

Vous avez votre petit bouquet de sauge, vous allez saler et poivrer le cochon, et le frotter soigneusement avec quelques grandes feuilles de sauge. Puis vous le mettez dans un plat à rôtir, vous l’arrosez d’huile d’olive, vous mettez dans le fond de la cocotte quelques gousses d’ail en chemise, deux petits oignons rouges juste coupés en deux, quelques feuilles de sauge supplémentaires et vous mettez le tout au four pendant trois bonnes heures, à 110, 120° maximum, donc thermostat 3-4. La viande va littéralement confire pendant tout ce temps, à l’arrivée, vous obtenez quelque chose de parfaitement rôti et d’un moelleux sans nom.

À lire aussi
Une salade tomate-mozzarella Maison jardin cuisine détente
Comment préparer une bonne salade tomate-mozzarella caprese ?

Servez vous de ce qui nous reste de sauge pour parfumer quelques pommes de terre, des charlotte pas trop grosses, que vous allez précuire à l’eau bouillante salée, avec thym et laurier, puis vous les coupez en deux dans l’épaisseur, vous les mettez dans une grande poêle antiadhésive, vous leur ajoutez des oignons rouges pelés et taillés en gros quartiers, vous mélangez, huile d’olive, sel, poivre, quelques giclées de vinaigre balsamique, et faites cuire à feu moyen vif, jusqu’à ce que ce soit bien doré et croustillant. Avant de servir, vous prenez donc quelques feuilles de sauge, vous les ciselez très finement, et vous les mélangez aux pommes de terre avec le balsamique réduit, bien sirupeux, qui enrobe les charlottes, c’est simple et très bon.

Jardin : les minis pommes de Sibérie

Il existe une variété de petite pomme, pas plus grosse qu’une bille. Elles sont issues de croisements des pommiers sauvages qui poussent en Chine et en Sibérie. Leur couleur dépend de l’espèce et de la variété. Il y a plein de ces petits pommiers décoratifs descendants des espèces sauvages de Sibérie. La variété la plus connue s’appelle Everest. Elle a des petites billes jaunes très belles. Everest est facile à trouver dans les jardineries.

Les pommes rouges sont pour leur part étonnantes de brillance en hiver quand il y a de la rosée fraîche le matin et du soleil l’après-midi. Le nom du pommier est Red Sentinel. La sentinelle rouge. C’est un arbre sans défaut, qui se plaira partout. D’abord, il convient aux petits jardins d’aujourd’hui. Il est petit.  Au plus, 5 mètres de haut sur 4 de large. Son ombre est légère. En plus, comme tous les pommiers et les poiriers, Red Sentinel a un grand avantage, ses racines sont très peu gourmandes en été.  Elles n’empêchent pas les fleurs et les légumes de pousser. C’est tout l’opposé d’un cerisier sous lequel rien ne pousse.

Au printemps, ces fleurs blanches sont ravissantes. Le feuillage est frais en été, multicolore en automne. Et vous avez les fruits comme des petites boules de Noël d’octobre à février. Le plus : Red sentinel supporte tous les climats, comme tout vrai bon pommier. Le froid, pas de souci, en Sibérie il ne fait pas chaud. Le sec n’est pas un problème, un pommier boit peu en été. Cru, c’est drôle et plutôt sucré. En gelée c’est bon car il y a beaucoup de pectine dans les pépins. La gelée tient bien.

Maison : Relooker son tabouret

On a tous des vieux tabourets à la maison, et plutôt que de les jeter, essayez donc de les remettre à neuf.
Il n’est pas obligatoire de poncer. Si quand vous passez votre main, le bois n’est pas lisse, qu’il y a des aspérités comme des taches épaisses de peinture, alors poncez-le. L’aspect risque de ne pas être réussi et surtout la peinture ne s’accrochera pas bien autrement.

Ensuite étape peinture qui existe maintenant sans sous couche. Une astuce pour peindre les pieds du tabouret, on le pose sur des cales : une boite de conserve, une brique, un morceau de bois, le but c’est que les pieds soient surélevés, vous verrez c’est plus facile pour peindre tout autour. Vous pouvez peindre au pinceau ou à la bombe pour les flemmards ou les pressés. On peut faire de la décoration avec par exemple une peinture gris anthracite et un orange fluo pour les pieds, pas tout le pied juste sur le bas. Il y a deux méthodes : méthode classique en utilisant du ruban de masquage à 15 cm du sol autour du pied du tabouret, et avec un pinceau vous peignez jusqu’à la délimitation. La seconde méthode consiste à prendre une petite bouteille en plastique, vous la découpez, vous la remplissez de peinture orange et vous trempez le pied du tabouret à l’intérieur. Vous le ressortez, vous le posez aussitôt sur vote cale avec du papier journal pour éviter les tâches.

Si vous avez des rondins de bois, vous pouvez les transformer en tabourets géniaux. Soit vous laissez tel quel, après un léger ponçage, ou vous peignez le tronc en noir, ce sera plus contemporain. Ensuite, il suffit d’ajouter un coussin ou de le fabriquer, en plus si vous le faites vous-mêmes il sera aux dimensions exactes de votre rondin. Vous découpez une planche de bois très fine, ou même un carton. Cette planche ou ce carton, vous le recouvrez d’ouate en la collant direct dessus puis enfin une couche de tissu, vous n’avez même pas besoin de mesurer, il faut que le tissu déborde de 10 cm tout autour de vote planche. Puis vous agrafez le tissu direct sur la planche.

Brocante : les tabourets à chiner

On trouve vraiment des tabourets de toutes les formes, faits avec des matériaux très divers, il y a eu une grande créativité qu’on retrouve sur les brocantes, pour notre plus grand plaisir. Dès la fin du XIXe siècle, c’est l’industrialisation qui va entrainer la multiplication du tabouret. Dans les usines les ouvriers doivent être installés à un poste fixe face à leur machine. Un tabouret signe la généralisation de l’utilisation de son emploi, le tabouret Nicolle dont la fabrication commence dans les années 1930. Vous le connaissez tous : métallique, l’assise est ronde, avec un trou au milieu. Les premiers sont en tôle à trois pieds le plus souvent empilables.

Et puis vous connaissez la chaise, mais il y a aussi le tabouret Tolix, dont les premiers modèle des années 1930 sont en fait destinés à l’armée, il y en a eu dans toutes les casernes. Il est vrai que dans les années 1950 toutes les collectivités et surtout les écoles se dotent de ces tabourets empilables, c’est une source d’approvisionnement  qui semble inépuisable. Mais vous avez sûrement remarqué aussi le nombre important dans les stands, des tabourets en formica de nos grands-parents, ceux des cuisines des années 60/70. Sans parler du fameux Tam Tam en plastique, de préférence orange, créé par Henry Massonet en 1968 et qui a envahi la France et servi aussi bien de siège que d’instrument de musique à toute une génération. 

Le tamtam est à chiner à moins de 20 euros pièce. Les tabourets Tolix destinés à l’armée ont grimpé en flèche et il faut débourser au moins 80 euros pour s’en procurer un, si vous aimez le style Napoléon III, c’est plutôt cent euros, après ça peut monter très haut, car de nombreux grands designers se sont penchés sur les tabourets. Et puis il y a mon petit préféré, le tabouret de cuisine en formica, lui aussi on doit le chiner dans les 15 euros maximum.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Maison jardin cuisine détente Cuisine Jardin
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781854299
Les mini-pommes de Sibérie dans Maison, Jardin, Cuisine, Brocante
Les mini-pommes de Sibérie dans Maison, Jardin, Cuisine, Brocante
REPLAY - Les minis pommes de Sibérie, le cochon confit, le tabouret à relooker et à chiner. C'est le programme de "Maison, Jardin, Cuisine, Brocante" du dimanche 14 février.
http://www.rtl.fr/culture/lifestyle/les-mini-pommes-de-siberie-dans-maison-jardin-cuisine-brocante-7781854299
2016-02-14 14:06:00
http://media.rtl.fr/cache/fz_oI9Eisd0Wv-nOT0T2HA/330v220-2/online/image/2016/0212/7781856980_red-sentinel-les-minis-pommes-de-siberie.jpg