2 min de lecture Alpes-Maritimes

Grasse : "On va reprendre le chemin de l'école avec le sourire", dit le proviseur

TÉMOIGNAGE - Le proviseur du lycée Tocqueville de Grasse a prononcé ses premiers mots depuis son lit d'hôpital.

Bernard Poirette RTL Week-end Bernard Poirette
>
Grasse On va reprendre le chemin de l'école avec le sourire, dit le proviseur Crédit Image : Capture d'écran / Google Maps | Crédit Média : Étienne Baudu | Durée : | Date :
La page de l'émission
Etienne Baudu et Ludovic Galtier

Deux jours après la fusillade du lycée Alexis-de-Tocqueville à Grasse (Alpes-Maritimes), qui a fait 14 blessés, le proviseur lui aussi touché a pu s'exprimer, alors que l'établissement a rouvert ses portes vendredi 17 mars. Pas de cours, mais des groupes de parole, où les élèves étaient invités à s'exprimer. Hervé Pizzinat, le chef de l'établissement, touché au bras dans cette attaque, a prononcé ses premiers mots sur son lit d'hôpital. Celui, dont l'acte héroïque a été salué par Najat Vallaud-Belkacem, a raconté comment il a tenté de s'interposer en vain. 

Surtout, il a manifesté le souhait de se tourner vers l'avenir. "On ne gommera pas cet événement-là, il laissera des traces forcément et sans doute pour beaucoup indélébiles. Mais, en même temps, la vie continue, on va tous reprendre le chemin de l'école avec le sourire, parce qu'on l'a toujours, la conviction, parce qu'on l'a toujours et l'envie de (...) faire réussir, (...) faire avancer tous ces jeunes que l'on aime."

La vengeance aurait motivé le passage à l'acte du tueur

Killian B., l'auteur de la fusillade qui s'est procuré fusil à pompe, revolver et pistolet dans le milieu familial, aurait pu être guidé par la vengeance. Il semblerait bien qu'un certain mal être au lycée soit à l'origine de son passage à l'acte. On parle de harcèlement. Selon les termes d'un enquêteur, il était la tête de turc de sa classe. Et il aurait voulu se venger, tuer selon nos informations une dizaine de ses camarades.

À lire aussi
Le lycée Alexis de Tocqueville à Grasse, lieu de la fusillade faits divers
Fusillade à Grasse : le tireur avait consulté un psychiatre, selon son avocat

Par ailleurs, deux frères jumeaux de 17 ans ont été interpellés. L'un d'eux, Lucas, intéresse plus particulièrement les policiers. Lucas et Killian sont très liés, ils partagent le même goût pour les armes et pour les tueries de masse comme celle survenue dans le lycée de Columbine aux États-Unis. Les enquêteurs veulent connaître son degré d'implication. Pourquoi s'est-il évanoui dans la nature le matin même où Killian est passé à l'acte ? A-t-il pu l'influencer ? A-t-il pu l'aider par exemple à introduire les armes dans l'enceinte du lycée ? Autant de questions auxquelles vont s'atteler les enquêteurs.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alpes-Maritimes Fusillade Lycée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7787717163
Grasse : "On va reprendre le chemin de l'école avec le sourire", dit le proviseur
Grasse : "On va reprendre le chemin de l'école avec le sourire", dit le proviseur
TÉMOIGNAGE - Le proviseur du lycée Tocqueville de Grasse a prononcé ses premiers mots depuis son lit d'hôpital.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/grasse-on-va-reprendre-le-chemin-de-l-ecole-avec-le-sourire-dit-le-proviseur-7787717163
2017-03-18 14:27:01
https://media.rtl.fr/cache/LIYGbzQijRxDwZn4-iBBSA/330v220-2/online/image/2017/0317/7787709887_le-lycee-alexis-de-tocqueville-a-grasse-lieu-de-la-fusillade.PNG