Front national : "Avec son blog, Marine Le Pen tente l'extrême dédiabolisation", analyse Olivier Bost

REPLAY / ÉDITO - La présidente du FN, qui se fait discrète dans les médias, s'adresse directement aux Français via ses "Carnets d'espérances".

Marine Le Pen le 26 janvier 2015 à Nanterre >
Front national : "Avec son blog, Marine Le Pen tente l'extrême dédiabolisation", analyse Olivier Bost Crédit Image : AFP / Éric Feferberg | Crédits Média : RTL | Durée : | Date :
1/

Le blog de Marine Le Pen s'appelle "Carnets d’espérances". Dans un court CV, elle s’y présente comme "une femme libre", "une mère", "une Française". Il n'y a aucune mention de sa fonction de présidente du Front national. On y voit plein de photos et quelques textes. Il y a Marine Le Pen avec ses chats (elle a beaucoup de chats apparemment), Marine Le Pen à la plage, Marine Le Pen qui regarde Hollande à la télé, Marine Le Pen qui arrose ses jardinières. C’est passionnant ! Les images sont travaillées. Elles sont toutes de couleur assez douces. On ne sait pas s’il y a une agence de pub derrière ça, mais c’est facile de décrypter sa stratégie.

Il n’y a aucune référence au FN, pas une trace de la flamme bleu-blanc-rouge sur son blog. Ensuite, elle sourit sur toutes les photos. Bref, Marine Le Pen polit son image. C'est de l’extrême dédiabolisation. Il faut dire qu’un sondage publié par Le Monde au début du mois a eu de quoi la faire douter pour l’élection présidentielle. Moins d’un Français sur trois trouve Marine Le Pen sympathique et chaleureuse. Moins d’un Français sur trois trouve qu’elle inspire confiance. Son blog, c’est pour redresser ces chiffres d'ici 2017.

Stratégie plus vaste

Cela peut-il marcher ? Il est à craindre que seul son fan club n'y trouve son compte. Mais c’est une stratégie plus vaste. Ce qui pourrait surtout faire son œuvre, c’est la rareté médiatique que s’impose la dirigeante du Front national. Elle réduit ses apparitions médiatiques depuis la fin de l’année dernière, depuis son échec aux régionales. Son silence fait oublier les traits de caractère évoquées ci-avant.

Forcément si elle est moins présente sur les plateaux radios et télés, elle agace moins. En fait, elle n’a donc plus besoin de dire quoi que ce soit. La crise des migrants, la crise économique, le rejet des élites œuvrent pour Marine Le Pen : c’est ce que pensent ceux qui l’entourent.

Ce qui pourrait faire son œuvre, c’est la rareté médiatique que s’impose la dirigeante du FN

Olivier Bost

La dédiabolisation, c'est aussi la normalisation. On découvre un Front national qui a aussi de nouveaux soucis sur le plan judiciaire. Il occupe surtout les pages justice ces derniers temps. Il n’y a pas moins de cinq affaires qui visent le parti d’extrême droite. Il y a une affaire de financement illégal de campagne (cinq personnes sont mise en examen). Il y a l’affaire de la vingtaine d'assistants des députés européens FN, soupçonnés de travailler pour le parti et pas du tout pour l’Europe.

Un parti comme un autre

Le parquet financier travaille sur de multiples entorses dans les déclarations de patrimoine de la famille Le Pen. Leur maison de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), déclarée 300.000 euros, en vaudrait dix fois plus. Marine Le Pen risque pour l’acquisition de cette maison 375.000 euros d’amendes, cinq ans de prison et dix ans d’inégibilité. Avec ces histoires, on est très loin des photos de chatons. On est très loin aussi du slogan historique du Front national : "Têtes hautes et mains propres".

Aucune de ces affaires n’a amené pour l’instant à une condamnation. Le rythme de la justice fait que ces affaires n’empêcheront pas Marine Le Pen de se présenter. Au Front national ça peut même servir pour galvaniser la base. Les militants FN sont persuadés que ces affaires sont téléguidées par le pouvoir en place. Si l’on ne tombe pas dans la théorie du complot, on peut aussi se dire qu’il s’agit d’une forme de banalisation du Front national. Un parti (certains diront une PME familiale) qui, comme d’autres, a des problèmes avec l’argent et avec la justice.

Le carnet du jour

Si certains pensent que François Hollande est prêt à se lancer dans la primaire à gauche, ce n’est pas du tout ce que racontent plusieurs proches du président de la République. Pour l’un d’eux, si le PS fait mine de s’intéresser au processus c’est pour promener le chien. Autrement dit, comme le résume un autre proche du chef de l’État, "on fait semblant d’accompagner le processus". Il n’est pas question dans leur esprit de participer à une primaire qui n’aurait qu’un seul objectif : empêcher François Hollande d’être candidat ou lui imposer un autre candidat. Sans le Parti socialiste, se rassure son entourage, organiser une primaire crédible n’est pas possible.

La rédaction vous recommande
LoïcFarge42
par Journaliste RTL
Suivez Loïc Farge sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782065522
Front national : "Avec son blog, Marine Le Pen tente l'extrême dédiabolisation", analyse Olivier Bost
Front national : "Avec son blog, Marine Le Pen tente l'extrême dédiabolisation", analyse Olivier Bost
REPLAY / ÉDITO - La présidente du FN, qui se fait discrète dans les médias, s'adresse directement aux Français via ses "Carnets d'espérances".
http://www.rtl.fr/actu/politique/front-national-avec-son-blog-marine-le-pen-tente-l-extreme-dediabolisation-analyse-olivier-bost-7782065522
2016-02-26 08:39:00
http://media.rtl.fr/cache/pIF_eQCQJSPySFOJ5rOSaw/330v220-2/online/image/2016/0209/7781778421_marine-le-pen-le-26-janvier-2015-a-nanterre.jpg