Affaire des écoutes : Bettencourt et la Libye rattrapent Nicolas Sarkozy

DÉCRYPTAGE - Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour trafic d'influence présumé. L'affaire Bettencourt et les soupçons de financement libyen de sa campagne ont finalement rattrapé l'ex-chef de l'État.

Nicolas Sarkozy à Bruxelles, le 11 décembre 2009
Crédit : GEORGES GOBET / AFP
Nicolas Sarkozy à Bruxelles, le 11 décembre 2009

Les nombreuses affaires autour de l'ancien chef de l'État ont fini par le rattraper. Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue ce mardi 1er juillet dans le cadre d'une enquête pour trafic d'influence présumé. Autour de cette enquête, deux autres affaires qui impliquent l'ancien chef de l'État font leur retour.

Placé sur écoute pour l'enquête sur le financement libyen de sa campagne

Les juges enquêtaient depuis avril 2013 sur les soupçons d'un financement par l'ex dictateur libyen Mouammar Kadhafi de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Une information judiciaire avait été ouverte pour corruption. Procédure classique, les juges ont demandé la mise sur écoute de plusieurs suspects et témoins.

Le téléphone portable de Nicolas Sarkozy, ainsi que ceux de ses anciens ministres de l'Intérieur Claude Guéant et Brice Hortefeux, ont été placés sur écoute à partir du 3 septembre 2013. C'est à l'occasion de ces écoutes que l'on découvre notamment que Nicolas Sarkozy possède un deuxième téléphone, au nom de Paul Bismuth.

L'intrusion de l'affaire Bettencourt

Ces écoutes avaient pour but de savoir si Nicolas Sarkozy ou ses anciens lieutenants échangeaient des informations compromettantes sur le dossier libyen. Mais à la surprise des enquêteurs, c'est sur l'affaire Bettencourt que l'ancien chef de l'État bénéficie d'indiscrétions.

Des conversations entre Nicolas Sarkozy et son avocat et ami Thierry Herzog révèle que l'ancien président reçoit des informations d'un magistrat haut placé, identifié comme étant Gilbert Azibert. L'ex-président s'inquiétait notamment du résultat d'un pourvoi en cassation pour récupérer ses agendas, saisis par la justice dans le cadre de l'affaire Bettencourt. 

Nouvelle enquête pour soupçons de trafic d'influence

Gilbert Azibert aurait, selon les écoutes, demandé de l'aide pour une nomination de prestige à Monaco en échange de son aide active dans le dossier Bettencourt.

C'est donc dans le cadre d'une troisième enquête, cette fois-ci pour soupçons de trafic d'influence impliquant un haut-magistrat, que Nicolas Sarkozy a finalement été placé en garde à vue. Une information judiciaire avait été ouverte le 26 février dernier. Thierry Herzog et Gilbert Azibert ont déjà été entendus lundi 30 juin par les enquêteurs de la police judiciaire.

C'est la première fois qu'un ancien chef d'État français est placé en garde à vue.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7772965957
Affaire des écoutes : Bettencourt et la Libye rattrapent Nicolas Sarkozy
Affaire des écoutes : Bettencourt et la Libye rattrapent Nicolas Sarkozy
DÉCRYPTAGE - Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour trafic d'influence présumé. L'affaire Bettencourt et les soupçons de financement libyen de sa campagne ont finalement rattrapé l'ex-chef de l'État.
http://www.rtl.fr/actu/politique/affaire-des-ecoutes-bettencourt-et-la-libye-rattrapent-nicolas-sarkozy-7772965957
2014-07-01 10:40:00
http://media.rtl.fr/cache/KWJo4Q6i6n83fFKuJbtt5g/330v220-2/online/image/2014/0517/7772064912_nicolas-sarkozy-a-bruxelles-le-11-decembre-2009.jpg