4 min de lecture Présidentielle 2017

"15 minutes pour convaincre" : ce qu'il faut retenir de Nicolas Dupont-Aignan

ÉCLAIRAGE - Le candidat de Debout la France est revenu sur sa feuille de route pour marquer une rupture avec l'Union européenne.

Nicolas Dupont-Aignan
Nicolas Dupont-Aignan Crédit : Martin BUREAU / POOL / AFP
Philippe Peyre
Philippe Peyre

C'est aux personnes en situation de handicap que Nicolas Dupont-Aignan a voulu rendre hommage. Invité de l'émission 15 minutes pour convaincre jeudi 20 avril, le candidat Debout la France à l'élection présidentielle s'est rendu sur le plateau accompagné d'un objet, comme cela a été demandé à tous les candidats. 

C'est une statuette que lui a donné un enfant en situation de handicap qu'a apporté le candidat. "Un objet qui ne me quitte jamais", a introduit le candidat. "J'aimerais qu'on parle davantage des personnes en situation de handicap", a lancé celui qui a déjà été candidat à l'Élysée en 2012. "On a très peu parlé des personnes en situation de handicap, de tous les aidants. Les hommes politiques ne parlent que d'eux, moi je fais de la politique pour servir".

À lire aussi
François Fillon le soir de sa défaite le 23 avril 2017 Les Républicains
François Fillon "s'est mis en mode silence radio"

Allocation adulte handicapé, minimas sociaux, travail universel... Nicolas Dupont-Aignan a eu quinze minutes pour développer des mesures phares de son projet.

Le versement du RSA conditionné

C'est une de ses mesures phares : conditionner le versement du RSA à une journée de travail intérêt général par semaine. "Ce qui ne peuvent pas le faire pour des raisons médicales seront exonérés de cette journée de travail. Il y a une quantité de français dans la difficulté qui sont oubliés et en même temps il y a beaucoup de gens qui touchent ces aides et qui ne le mérite pas toujours, alors je veux récompenser le travail et que les milliards gaspillés puissent revenir à veux qui en ont besoin", a expliqué Nicolas Dupont-Aignan.


Le candidat souhaite appliquer cette mesure à l'ensemble des minimas sociaux : "Ils seront conditionnés non pas pour punir ceux qui les reçoivent mais pour leur donner une chance d'insertion. J’ai un projet de travail universel", a-t-il lancé. En d'autres termes, la société doit fournir une activité d'intérêt général à tous les Français "perdus par la solitude du chômage".

Augmentation de l'AH

L'allocation adulte handicapé (AH) a été une des premières mesures sur lequel le candidat a voulu insister lors de son intervention d'un quart d'heure. Nicolas Dupont-Aignan souhaite en effet l'augmenter en la passant de 800 à 1000 euros pour qu'elle soit au-dessus du seuil de pauvreté. "Il faut affronter le défi de la dépendance, a-t-il martelé. On sait que la population vieillit mais rien n'est fait pour créer les maison de retraite publique, moins chères que les privées".

Sa position sur l'Union européenne

Alors que les journalistes lui ont reproché de ne pas être assez clair entre sa volonté affichée de dénoncer les traités et celle de ne pas sortir de l'Union européenne, Nicolas Dupont-Aignan a tenu à clarifier son positionnement. 

"C''est très clair nous sommes européens et on ne va pas déménager la France, a-t-il ironisé. Parce que nous sommes européens, parce que nous voulons travailler ensemble, nous n'avons plus à accepter une Union européenne qui a défiguré la belle idée européenne. Nous ne devons plus appliquer des traités insupportables. Nous pouvons proposer à nos partenaires la seule Europe qui a marché : celle des nations libres mais en travaillant avec les autres sur des projets".

Le candidat de Debout la France s'est présenté comme le seul candidat à avoir proposé un projet de traité européen alternatif : "Profitons du Brexit pour dire à nos partenaires que c'est fini, qu'il y a ce traité sur la table, soit ils acceptent, soit nous partirons et l’Allemagne se retrouvera toute seule et nous reformerons l’Europe avec les autres peuples", a expliqué Nicolas Dupont-Aignan. 

Carte blanche : Macron dans le viseur

Le candidat a profité de l'instant Carte blanche pour évoquer ce qu'il a qualifié d'un "sujet délicat" : la démocratie. "Pendant cette campagne, la plupart des Français m'ont dit 'vous faites campagne mais il n'y a plus de démocratie, il y a des intérêts qui veulent nous dicter notre vote, nous manipuler'", a-t-il lancé. "Ces intérêts s'appellent médias, détenus par des puissants, sondages et inégalités de temps de parole", a-t-il égrainé avant d'adresser une pic à son adversaire "En Marche !" : "Emmanuel Macron aurait-il eu toutes ces couvertures de journaux s'il ne servait pas des intérêts et une politique ? Tous les Français ont compris qu'il y avait un candidat chouchou". 

Les SMS d'un "grand patron de presse"

Toujours dans le cadre de sa carte blanche, Nicolas Dupont-Aignan a donné suite à l'affaire des SMS qu'il aurait reçu l'exhortant de renoncer à se présenter. "J'ai parlé de pression insupportables pour m'inciter à renoncer à ma candidature (...) On a douté de ma parole", a-t-il déploré avant de se lancer dans la lecture des échanges SMS avec une personne qu'il a décrit comme "un grand patron de presse français industriel au service d'un candidat" : 

- "Le boycott de mon journal n'est que la conséquence de ton attitude contre Fillon et ce n'est pas en restant dans ton coin que tu y arriveras mais en étant dans une équipe gouvernementale il vaut mieux manger une soupe que du pain rassis". 


- "Je suis scandalisé que tu assumes ce boycott"

- "Cela n'arrivera plus quand tu cesseras de combattre Fillon"

- "C'est de la censure."

- "Si tu changes d'avis, il n'y aura plus de censure je te le promets".

Le regret des "affaires"

Si les journalistes ont demandé au candidat s'il avait un regret sur la campagne électorale qui touche à sa fin, il a avant tout souligné le travail de ses équipes avant de nuancer son propos. "On a beaucoup travaillé avec des propositions dans tous les domaines mais cette campagne s'est occupée des hommes politiques, de leurs affaires et de leurs histoires, a-t-il déploré. (...) Cette élection a été vidée de son sens".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Nicolas Dupont-Aignan France 2
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788220739
"15 minutes pour convaincre" : ce qu'il faut retenir de Nicolas Dupont-Aignan
"15 minutes pour convaincre" : ce qu'il faut retenir de Nicolas Dupont-Aignan
ÉCLAIRAGE - Le candidat de Debout la France est revenu sur sa feuille de route pour marquer une rupture avec l'Union européenne.
http://www.rtl.fr/actu/politique/15-minutes-pour-convaincre-ce-qu-il-faut-retenir-de-nicolas-dupont-aignan-7788220739
2017-04-20 23:56:22
http://media.rtl.fr/cache/3dLXf5OssbEW8TqKIDBn7Q/330v220-2/online/image/2017/0420/7788220768_nicolas-dupont-aignan.jpg