2 min de lecture États-Unis

Sur Twitter, Donald Trump règle ses comptes avec Theresa May

Sur Twitter, le président des États-Unis s'en est violemment pris à la Première ministre britannique, qui avait critiqué ses partages de vidéo anti-musulmanes.

Philippe Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé
>
Télécharger Sur Twitter, Donald Trump règle ses comptes avec Theresa May Crédit Image : MANDEL NGAN / AFP | Crédit Média : Philippe Corbé | Durée : | Date : La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
avec Lucie Valais et AFP

Ça n'est pas une nouveauté, Donald Trump aime régler ses comptes sur Twitter. Et Theresa May en a fait les frais dans la nuit de mercredi à jeudi 30 novembre. À l'origine de la discorde, une critique de la Première ministre britannique des retweets controversés de Donald Trump de vidéos anti-musulmanes émanant du groupe d'extrême droite anglais, Britain First. "Une erreur" pour Theresa May, d'après les dires de l'un de ses porte-parole, plus tôt dans la journée.

Et la remarque n'a visiblement pas plu au locataire de la Maison Blanche. "@theresa_may ne te focalise pas sur moi, focalise-toi sur le terrorisme islamique radical destructeur à l'intérieur du Royaume-Uni. Tout va bien pour nous !", a tweeté Donald Trump à l'intention de la dirigeante du Royaume-Uni, allié historique des États-Unis - s'y reprenant même à deux fois, après avoir épinglé la mauvaise Theresa May à cause d'une faute d'orthographe dans son nom.

Les vidéos en question, de sources diverses, sont intitulées : "Un migrant musulman tabasse un Néerlandais en béquilles !", "Un musulman détruit une statue de la Vierge Marie !" et "Foule islamiste pousse un adolescent du toit et le bat à mort !". Autant de contenu que le président des États-Unis a donc relayé sur son propre compte Twitter, en faisant profiter à ses quelque 44 millions d'abonnés, sans autre commentaire.

À lire aussi
Donald Trump en Floride, le 10 décembre 2017 États-Unis
Alabama : Trump réitère son soutien à un candidat accusé d'agression sexuelle

Ces vidéos ont ulcéré le Royaume-Uni. Même Piers Morgan, une personnalité britannique qui est un vieil ami de Trump (il était même dans son émission de télé-réalité, c'est vraiment quelqu'un qui le défend souvent contre vents et marées), demande publiquement au Président de retirer cette vidéo qui, selon lui, est "fasciste". Mais selon la Maison Blanche, que ces vidéos soient vraies ou fausses, l'important c'est que le Président parle de la "menace" des musulmans. On sait que Donald Trump obsédé par les musulmans. Il avait dit publiquement pendant la campagne "l'islam nous hait".

Mais il faut faire un pas de côté pour essayer de comprendre ce qui se passe. Il a parfois des moments où il se sent en insécurité, et à ce moment-là il tweete ou prononce des propos tout à fait scandaleux, parfois pour allumer des contre-feux. C'est ce qui se passe depuis 48 heures. Juste un exemple : il y a quelques heures, il a sous-entendu qu'un présentateur télé était coupable de meurtre, parce qu'une collaboratrice est morte après un problème cardiaque au bureau.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Donald Trump Amérique du Nord
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791204887
Sur Twitter, Donald Trump règle ses comptes avec Theresa May
Sur Twitter, Donald Trump règle ses comptes avec Theresa May
Sur Twitter, le président des États-Unis s'en est violemment pris à la Première ministre britannique, qui avait critiqué ses partages de vidéo anti-musulmanes.
http://www.rtl.fr/actu/international/sur-twitter-donald-trump-regle-ses-comptes-avec-theresa-may-7791204887
2017-11-30 05:52:00
http://media.rtl.fr/cache/dUD1EXDsjshTSnsymPNJyQ/330v220-2/online/image/2017/1108/7790863598_donald-trump-le-soir-de-son-election-le-9-novembre-2016.jpg