2 min de lecture Liban

Liban : "Je suis toujours le premier ministre", assure Saad Hariri

En interview à CNews, Saad Hariri a expliqué avoir démissionné de son poste pour stabiliser son pays pointant toujours du doigt l'ingérence de l'Iran et du Hezbollah dans la région.

Saad Hariri en interview avec CNews le 27 novembre 2017 à Beyrouth
Saad Hariri en interview avec CNews le 27 novembre 2017 à Beyrouth Crédit : Capture d'écran
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

Fin de la crise au Liban ? Après son retour à Beyrouth, Saad Hariri annonce, dans une interview accordée à CNews lundi 27 novembre, qu'il reste le Premier ministre libanais. "Je suis toujours le Premier ministre", a-t-il affirmé face à Jean-Pierre Elkabbach. Il explique lors de l'entretien avoir démissionné pour "la stabilité du Liban" et pour créer un "choc positif".

L'annonce de son départ a pourtant été vécue comme un choc le 4 novembre dernier, déclarée depuis la capitale saoudienne et jugée forcée par plusieurs partis - notamment le président Michel Aoun. Il se déclare désormais "optimiste" mais pointe toujours le parti du Hezbollah, son ennemi juré. Des membres de la formation politique sont en effet accusés de l'assassinat de son père et ancien Premier ministre, Rafiq Hariri. Saad Hariri confie d'ailleurs que cette perte l'a "durci".

Sa démission, Saad Hariri la justifie pour le bien de son pays. "C'était une manière de dire aux Libanais qu'il y a un très grand problème", explique-t-il pointant du doigt l'ingérence dont est victime le Liban de la part de ses voisins, notamment iraniens et saoudiens. Le Premier ministre sunnite vise particulièrement le Hezbollah qui, selon lui, "fait de l'ingérence dans tous les pays arabes", tout comme l'Iran - qui soutient le parti politico-militaire. Le Libano-saoudien rappelle que la Ligue arabe a accusé le Hezbollah "de financer et d'entraîner des groupes terroristes" dans des pays arabes la semaine dernière. 

À lire aussi
Saad Hariri devant le perron de l'Élysée samedi 18 novembre 2017 international
Liban : le premier ministre Saad Hariri est revenu sur sa démission

Saad Hariri menace de démissionner à nouveau

S'il n'est pas d'accord avec les actes du Hezbollah dans la région du Golfe - notamment en Syrie, en Irak ou au Yémen - il sait qu'il doit composer avec pour l'équilibre du pays, tout en affirmant que "protéger le Liban, c'est stopper la volonté de conquête de l'Iran dans toute la région". 

Saad Hariri menace : "Si le Hezbollah n'arrête pas d'interférer dans les pays arabes, je démissionnerais". Pour de bon, cette fois. Il n'écarte pas non plus des élections anticipées afin de rétablir l'équilibre du pouvoir. Au Liban, la tradition politique veut que le président soit chrétien maronite, le premier ministre sunnite (religion officielle d'Arabie Saoudite) et le chef du Parlement chiite (religion dominante d'Iran).

Michel Aoun est chrétien mais a été élu avec les voix du parti du Hezbollah. Ce dernier a donc la main sur une majorité de ministères. D'où les craintes de Saad Hariri. Qui se sent, au passage, toujours menacé : "J'ai mené une politique dure contre les extrémistes, et dure contre le régime syrien (soutenu militairement par l'Iran et le Hezbollah, ndlr), je ne suis pas très aimé. Je ne pense pas à la menace mais elle est là". Il n'a pas pour autant réclamé le désarmement du Hezbollah - comme le souhaite l'Arabie Saoudite - car pour lui, le Liban "seul ne peut pas résoudre le problème du Hezbollah, qui est un problème régional".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Liban Hezbollah Iran
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791163232
Liban : "Je suis toujours le premier ministre", assure Saad Hariri
Liban : "Je suis toujours le premier ministre", assure Saad Hariri
En interview à CNews, Saad Hariri a expliqué avoir démissionné de son poste pour stabiliser son pays pointant toujours du doigt l'ingérence de l'Iran et du Hezbollah dans la région.
http://www.rtl.fr/actu/international/liban-je-suis-toujours-le-premier-ministre-assure-saad-hariri-7791163232
2017-11-27 19:49:00
http://media.rtl.fr/cache/1WRR-nAH8gOz8Yck_8k1Vg/330v220-2/online/image/2017/1127/7791163255_saad-hariri-en-interview-avec-cnews-le-27-novembre-2017-a-beyrouth.JPG