2 min de lecture Société

Lutte contre le cancer : Michel Cymes met en garde contre les médecines alternatives

Le médecin Michel Cymes prévient les personnes qui auraient tendance à rejeter les traitements classiques en matière de lutte contre le cancer.

Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes
>
Lutte contre le cancer : Michel Cymes met en garde contre les médecines alternatives Crédit Image : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Michel Cymes
Michel Cymes et Loïc Farge

Je vais mettre d'entrée les choses au clair. Je ne suis pas venu vous dire que je suis contre les médecines alternatives - je suis même pour -, mais en complément des approches conventionnelles. La sophrologie, la méditation, le chi gong ou l'homéopathie, je veux bien. Mais jamais en replacement de techniques qui ne sont pas parfaites, mais qui sont efficaces.

Je suis un peu agacé, parce que je sais que les personnes touchées par le cancer demandent de l'empathie. Elles ont besoin qu'on leur donne de la force et de l'espoir. C'est ce que font d'ailleurs tous les apprentis-sorciers qui voudraient substituer les médecines alternatives à la médecine classiques. Malheureusement, à l'arrivée ça se termine mal.

Les chercheurs de la célèbre université américaine de Yale se sont penchés sur le cas de malades atteints de différents cancers : le sein, le poumon, la prostate ou encore le cancer colorectal (ce sont les plus fréquents). Ils ont scruté l'évolution de la maladie de tous ceux qui avaient rejeté le traitement scientifique et opté pour un traitement alternatif.

À lire aussi
Jacques Toubon est Défenseur des droits depuis juillet 2014 (archives). immigration
Aquarius : Jacques Toubon critique la gestion de la crise par la France

Résultat : le taux de mortalité explosait pour tous les cancers que je viens d'évoquer, à l'exception de celui de la prostate. Pour le cancer du sien, ce taux était multiplié par cinq. Pour le cancer colorectal, il était multiplié par quatre.

Ce n'est pas la chimio qui tue, c'est le cancer

Michel Cymes
Partager la citation

Les médecins de Yale ont réalisé cette enquête parce qu'ils étaient effarés de voir débarquer dans leurs services des patients qui avaient cru que les médecines alternatives les tireraient d'affaire et qui, ne voyant aucune amélioration, avaient fini par convenir que les traitements conventionnels n'étaient peut-être pas si mal.

Sauf que les patients avaient perdu beaucoup de temps. Le cancer, il faut s'en occuper le plus tôt possible. Si on tarde, parce qu'on croit que la cure de pépins de raisin va régler le problème quand on arrive devant les (vrais) médecins, ces derniers ne peuvent souvent plus rien faire.

Bien sûr, la chimio c'est difficile. Mais croire que c'est elle qui va vous tuer, c'est faire le contresens parfait. Ce n'est pas la chimio qui tue, c'est le cancer. La chimio ne peut que vous aider à vous en sortir, même si elle ne permet pas de gagner à tous les coups.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Cancer Maladie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793556702
Lutte contre le cancer : Michel Cymes met en garde contre les médecines alternatives
Lutte contre le cancer : Michel Cymes met en garde contre les médecines alternatives
Le médecin Michel Cymes prévient les personnes qui auraient tendance à rejeter les traitements classiques en matière de lutte contre le cancer.
http://www.rtl.fr/actu/bien-etre/lutte-contre-le-cancer-michel-cymes-met-en-garde-contre-les-medecines-alternatives-7793556702
2018-05-28 10:58:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/kJ43XLzlAlzT6E1XzSkCig/330v220-2/online/image/2018/0528/7793558703_un-jeune-patient-atteint-du-cancer-dans-sa-chambre-a-l-institut-d-hematologie-et-d-oncologie-pediatrique-a-lyon-en-2012-illustration.jpg