2 min de lecture Coupe d'Europe

Rugby : quand les clubs français avaient presque fait sécession et quitté la H Cup

DÉCRYPTAGE - La Ligue nationale de rugby avait quitté la H Cup pour fonder une compétition européenne dissidente aux côtés de son homologue britannique. Avant un spectaculaire revirement de situation.

Paul Goze a mené la fronde de la LNR
Paul Goze a mené la fronde de la LNR Crédit : FRANCK FIFE / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et Yann Bouchery

Le feuilleton a lourdement secoué le rugby européen jusqu'à créer un véritable psychodrame. Durant quelques semaines cet automne, la Ligue nationale de rugby (LNR) s'est rapproché de la ligue anglaise pour fonder une coupe d'Europe dissidente, plus rémunératrice que l'actuelle Heineken Cup, grâce au contrat signé par les Anglais avec une chaîne de télévision. Une décision prise le 22 septembre, et sur laquelle la LNR est finalement revenue. 

Une affaire de gros sous

Au moment de la fronde de la Ligue, les clubs semblaient déterminés à ne plus être lésés dans la distribution des places par pays et la répartition de la manne financière de la H Cup, jugée injuste. "Il n'y a pas d'alternative, il n'y a pas de compétition autre que celle-là", avait martelé Paul Goze, le président de la LNR, au moment de la fondation de la dissidente Rugby Champions Club.

Pour expliquer le refus de participer à la H Cup, organisée par l'ERC (European rugby cup), Paul Goze avançait l'argument de l'absence des Anglais. "Nous ne participeront pas à une compétition où il n'y a pas les Anglais". C'était sans compter sur les pressions exercées par l'International rugby board (IRB) et la Fédération française de rugby (FFR), qui détient les droits sportifs du Top 14, qu'elle ne fait que déléguer à la LNR. A terme, la FFR aurait donc pu retirer à la LNR l'organisation du juteux championnat.

Le changement dans la continuité

Devant une situation compliquée et opaque, Mourad Boudjellal, propriétaire du RC Toulon, choisit lui de quitter les rang des clubs soutenant la sécession. "Pour partir à la guerre, il faut des guerriers, moi j'étais pour le boycott de l'équipe de France", avait-il déclaré sur RTL. En effet, si la FFR détient les droits des championnats, les clubs sont les employeurs des joueurs qui composent le XV de France. "On ne peut pas se battre avec des fleurs, ça n'a jamais fait de mal à personne", concluait le volcanique président de Toulon devant ce qu'il considérait comme un manque de fermeté de ses homologues du Top 14.

À lire aussi
Lucas Hernandez en interview pour RTL et M6 équipe de France de football
VIDÉO - Islande-France : "On aura l'envie de tout péter", dit Lucas Hernandez

Finalement, la Ligue reviendra dans le giron de l'ERC, avec un rééquilibrage des redistributions des droits télé. Les Anglais quant à eux restent toujours en dehors du système reconnu par l'IRB, et la prochaine H Cup se fera sans eux. "Si c'est comme ça, on le fera comme ça", déclarait le pilier de Montpellier et de l'équipe de France, Nicolas Mas. Un coup d'épée dans l'eau ou un habile jeu diplomatique de la LNR en vue d'une prochaine refondation de la coupe d'Europe? Reste que si le feu est apaisée, le problème n'est définitivement pas réglé.

>
Rugby : l'imbroglio de la Coupe d'Europe Crédit Média : Yann Bouchery | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coupe d'Europe Mourad Boudjellal Top 14
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants