4 min de lecture José Mourinho

Ligue des champions : compliqué pour le Barça et le PSG, le Real et le Bayern mieux lotis

DÉCRYPTAGE - Le tirage au sort des quarts de finale de la Ligue des champions n'a pas livré de gros chocs, mais tous devront être sérieux.

Thiago Silva, auteur du premier but du PSG, le 19 janvier, face à Nantes. (archives)
Thiago Silva, auteur du premier but du PSG, le 19 janvier, face à Nantes. (archives) Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

Les 8 meilleures formations du football européen vont maintenant s'expliquer en quarts de finale de la Ligue des champions. Au terme du tirage au sort effectué à Nyon vendredi 21 mars, les gros clubs connaissent désormais leur sort et, même si l'ensemble est homogène, on peut néanmoins constater que certaines affiches sont plus ardues que d'autres.


Les deux épouvantails, le Real et le Bayern, semblent avoir un peu plus de marge face à des équipes fatiguées et en fin de cycle, alors que le PSG et le Barça ont des tirages au sort extrêmement compliqués face à deux outsiders difficiles à manœuvrer.

PSG et Barça, même combat

Le Paris Saint-Germain et le Barça ont l'air d'être logés à la même enseigne pour les quarts de finale, avec des adversaires qui recevront au retour et qui effectuent des saisons plus ou moins inattendues. Ainsi, le FC Barcelone va jouer son poil à gratter de la saison, l'Atletico Madrid qui le devance d'un point au classement de la Liga.

Les Blaugrana ont fait 3 matchs nuls en 3 confrontations face aux Colchoneros (2 en Supercoupe et une en championnat), qui bousculent les Barcelonnais par leur jeu fait d'intensité physique et d'impact athlétique. Le club de Madrid peut largement perturber le jeu de possession du Barça et l'obliger à un plan B qu'il n'a pas forcément en magasin. Pour faire la différence, Diego Simeone pourra compter sur son buteur en série Diego Costa. En face, il faudra plus qu'un bon Messi pour passer, surtout avec un match retour dans la fournaise de Vicente Calderon. Il s'agira sans doute du premier gros test pour neymar depuis son arrivée en Europe.

À lire aussi
José Mourinho félicite Serge Aurier le 26 novembre 2019 Ligue des champions
PSG : Tottenham, Atlético, Chelsea, Dortmund... Quel adversaire en 8es de finale ?


Côté PSG, il s'agit sans doute de la même équation, avec une touche non négligeable d'expérience en plus pour Chelsea, assise par un entraîneur deux fois vainqueur de l'épreuve et des joueurs qui ont remporté 2 coupes d'Europe en 2012 (C1) et 2013 (Europa League). De retour au club l'été dernier, José Mourinho a refait des Blues un leader en Angleterre et une machine à gagner même dans les mauvais jours. Avec sa base de grognards, les Lampard, Terry et autre Petr Chech, le "Special One" a ajouté une touche de jeunesse talentueuse. Eden Hazard a pris les clés de l'équipe et une dimension supérieure, alors qu'Oscar et Shürrle complètent un trio de créateurs de classe mondiale. Devant, Samuel Eto'o et Fernando Torres ont gagné plusieurs fois la compétition et seront présents pour le grand rendez-vous.


Impossible donc pour le PSG de ne pas être à son meilleur niveau de concentration et d'investissement collectif. Ibrahimovic devra enfin prouver qu'il peut porter son équipe dans un grand match, et le milieu de terrain parisien, brillant cette saison, passera un test d'envergure, surtout lors du retour à Stamford Bridge le 8 avril (aller le 2/04 au Parc). 

Le Real et le Bayern face à des convalescents

Les deux équipes à éviter étaient clairement le Real et le Bayern, leaders de leurs championnats respectifs mais surtout auteurs de huitièmes de finale explosifs. Le malheureux au tirage est donc Manchester United, qui hérite du Bayern et qui donne au Bavarois l'occasion de passer en demi-finale face à une équipe en net recul. Munich, qui aura sans doute été couronné en Bundesliga d'ici là, ira à Old Trafford au match aller pour affronter des Red Devils qui n'ont plus rien de diabolique cette saison, comme le démontre leur confrontation au tour précédent face à l'Olympiakos (0-2 et 3-0). À bout de souffle, en fin de cycle, ManU ne semble pas avoir les jambes pour passer l'obstacle bavarois, surtout avec un retour à l'Alianz Arena.


Le Real Madrid est dans le même cas de figure que son rival allemand, avec un affrontement contre le Borussia Dortmund. Même si le club de la Rhur avait sorti les Merengue en demi-finale la saison passée, il présente cette saison un effectif décimé par les blessures. Ainsi, la moitié de la défense est sur le flanc, ainsi que le milieu Gundogan-Bender. Autre pénalité, la suspension de Robert Lewandowski lors du match aller à Bernabeu, le Polonais avait inscrit un quadruplé lors de la victoire 4-1 en 2013 à domicile. L'armada de Carlo Ancelotti semble montrer assez de garantie pour effacer l'obstacle, grâce à sa maîtrise au milieu, sa défense de fer, et un trident Ronaldo-Benzema-Bale intenable et en pleine forme.



En somme, s'il y a de légères différences entre les affiches, le passé de chaque club semble pouvoir lui permettre d'éliminer son adversaire, même si certaines qualifications ressembleraient plus à un exploit que d'autres. Une chose est sûre, les meilleurs sont là

001_GR360076
001_GR360076
La rédaction vous recommande
Lire la suite
José Mourinho Ligue des champions Paris Saint-Germain
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants