3 min de lecture José Anigo

Le PSG domine l'OM et s'ouvre le chemin vers le titre de champion

COMPTE-RENDU - Le Paris Saint-Germain a dominé l'olympique de Marseille 2-0 lors de la 27e journée de Ligue 1. Le PSG prend 8 points d'avance sur Monaco.

Lucas excellent contre l'OM
Lucas excellent contre l'OM Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

On se demandait si l'OM allait venir au Parc des Princes pour "bétonner" et tenter de se recroqueviller pour éviter de prendre l'eau face au PSG. Il n'en fut rien. José Anigo avait aligné un 4-2-3-1 avec toutes ses forces offensives, mais il ne fit qu'illusion en début de rencontre. Dominé techniquement, rendu impuissant par la possession parisienne, Marseille a concédé deux buts et n'a pu inquiéter l'ogre parisien.

Le PSG se retrouve aujourd'hui avec 8 points d'avance en tête du classement, devant Monaco, ce qui lui ouvre en grand le chemin d'un deuxième titre consécutif. L'OM a essayé, mais a étalé ses limites collectives, ce qui ne pardonne pas contre une machine aussi bien réglée que celle de Laurent Blanc.

Paris aurait pu tuer le match en 15 minutes

Alors que l'OM montrait des signes de conquête en début de rencontre, le PSG est venu semer le trouble lorsque Lucas, en repiquant dans l'axe, glissa une balle superbe pour Lavezzi dans le dos de la défense sur un appel croisé. L'Argentin effaça Mandanda avant de frapper dans le but vide… à côté, alors qu'une passe vers Ibrahimovic aurait été possible.

A la 10e minute, c'est Valbuena qui répondit en récupérant un ballon dans les pieds de Motta avant de frapper à 20 mètres, au-dessus. Mais le gros frisson vint de Lucas, à la 13e minute, lorsque le Brésilien partit de son camp, tout droit, en effaçant 5 joueurs avant de piquer sa balle devant Mandanda. La balle, pas assez appuyée, était sortie sur sa ligne par Fanni. Les deux alertes parisiennes coupèrent les velléités marseillaises de pressing et de bloc haut, et l'on vit surtout des Phocéens courir après le ballon et commettre des fautes et évoluer plus bas.

À lire aussi
José Anigo, le 20 avril 2014 Olympique de Marseille
Transferts douteux de l'OM : José Anigo mis en examen

Heureusement, certains joueurs de l'OM étaient encore capables d'apporter le danger, comme Valbuena, à la 15e, qui entra dans la surface côté gauche, revint sur son pied droit et enroula parfaitement sa frappe. Sirigu sortit alors une belle "main opposée" pour sortir le ballon de la lucarne. Une maigre consolation lors d'une première période que Marseille était ravi de terminer à 0-0, par la grâce d'un raté de Zlatan sur une tête dans les 6 mètres.

L'OM n'est clairement pas au niveau

Mais le miracle ne pouvait pas durer, et Ibrahimovic n'allait pas rester transparent. Dès la 50e minute, le Suédois récupéra un ballon repoussé par la défense devant un Thauvin amorphe, et glissa une passe de génie à Maxwell, dans la surface, qui trompa Mandanda. Il restait 40 minutes, et l'OM n'avait pas encore laissait entrevoir les qualités pour déranger ce Paris Saint-Germain. Une poignet de minutes plus tard, Matuidi laissait filer à l'entrée de la surface, Zlatan effectua un grand pont sur Mendes et Lucas frappa de peu à côté.

José Anigo décida à l'heure de jeu de faire rentrer Imbula, mais surtout de faire sortir Thauvin, inexistant et très peu investi dans le replacement, notamment sur le but. Un changement sans conséquence sur une équipe qui fait le poids contre beaucoup d'équipes du championnat, mais pioche terriblement face à un cadors, et l'on revit cet OM limité qui a engrangé 6 défaites en Ligue des champions.

Paris continua à dérouler son jeu de possession. Verratti était impeccable, Ibra jouait les meneurs de jeu et Lucas montrait sa plus belle palette depuis son arrivée au PSG. Lavezzi, actif mais inefficace, allait être remplacé par Cavani, histoire d'enfoncer le clou et de donner des minutes à l'Uruguayen de retour de blessure. Une entrée gagnante lorsque l'ancien napolitain reprit de la tête, seul, un centre de Van der Wiel après un jeu en triangle somptueux côté droit.

Le score était scellé et acquis. L'OM n'avait pas eu droit de cité lors de ces 90 minutes, le PSG est ailleurs, au-dessus, sans concurrent en Ligue 1 cette saison.

La rédaction vous recommande
La rédaction vous recommande
Lire la suite
José Anigo Ligue 1 Conforama Olympique de Marseille
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants