2 min de lecture FIFA

Michel Platini : honneur et UEFA, ses nouveaux combats

REPLAY / ÉCLAIRAGE - Le Français a été contraint, jeudi 7 janvier, de renoncer à se présenter à la présidence de la FIFA.

ballon- soir de ligue1 Le Journal des Sports Le Service des Sports
>
Michel Platini : honneur et UEFA, ses nouveaux combats Crédit Image : AFP/J.Pachoud | Crédit Média : Yann Bouchery | Durée : | Date : La page de l'émission
Gregory Fortune
Gregory Fortune
et Yann Bouchery

Le rêve de Michel Platini de diriger la FIFA s'est donc officiellement envolé. "Sepp Blatter voulait ma peau" : c'est le constat amer du Français de 60 ans dans l'interview qu'il accorde au quotidien L'Équipe du vendredi 8 janvier. La veille, il annonçait officiellement le retrait de sa candidature pour l'élection prévue le 26 février. Plombé par le versement de 1,8 million d'euros en 2011 pour un travail de conseiller auprès de l'ex-président suisse achevé en 2002 sans contrat écrit, l'ancien numéro 10 des Bleus est donc tombé pour une histoire de gros chèque. Du moins pour l'instant, car l'ex-président de l'UEFA compte bien continuer de partager sa connaissance et ses capacités dans le monde du football.

Désormais, et dans un premier temps, le principal combat de Michel Platini (toujours suspendu de toutes activités liées au football pendant huit ans) est de défendre son honneur. Pourra-t-il ensuite retrouver son fauteuil de président de l'UEFA ? Son ami Alain Giresse y croit encore. "Pourquoi pas, pourquoi pas, estime l'ancien international. La FIFA, il va falloir quand même qu'elle se limite. Quand je vois éventuellement qu'on veut encore le punir parce qu'il est allé à Dubaï... Est-ce que le jour où il va s’asseoir dans un stade, on va le mettre en prison ? Il faut arrêter un petit peu la démesure, ça dépasse l'entendement".

L'UEFA, de son côté, continue de soutenir le droit de Michel Platini à une procédure équitable et à la possibilité de blanchir son nom, a indiqué dès jeudi 7 janvier l'instance européenne. Mais en cas d'échec, il faudra un remplaçant. Poussé par les pays des Blakans, Ivan Curkovic, vice-président de la Fédération serbe, n'écarte pas l'hypothèse de se lancer si son ancien partenaire de Saint-Étienne ne peut se maintenir. C'est désormais le Tribunal arbitral du sport qui dira dans les prochaines semaines si Michel Platini peut encore croire dans son avenir dans le monde du football.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
FIFA Michel Platini Corruption à la FIFA
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants