1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Europa League : Saint-Étienne et Bordeaux veulent se rassurer avec les barrages
2 min de lecture

Europa League : Saint-Étienne et Bordeaux veulent se rassurer avec les barrages

PRÉSENTATION - L'ASSE se déplace à Orhei (19h30) et les Girondins de Bordeaux reçoivent le Kairat Almaty (20h30) pour les barrages de l'Europa League.

Jean-Christophe Bahebeck avec les Verts face au Bordelais Cédric Yambéré le 15 août 2015
Jean-Christophe Bahebeck avec les Verts face au Bordelais Cédric Yambéré le 15 août 2015
Crédit : AFP/P.Desmazes
Julien Absalon
Julien Absalon

Après deux jours de Ligue des champions, les clubs de l'Europa League disputent également le match aller de leurs barrages, jeudi 20 août. Au programme côté français : l'AS Saint-Étienne se rend sur la pelouse moldave du FC Milsami Orhei (19h30) et les Girondins de Bordeaux reçoivent les Kazakhs du FC Kairat Almaty (20h30). Les matches retour auront lieu dans une semaine, jeudi 27 août.

Pour ces deux représentants de la Ligue 1, il s'agit de se rassurer. Tous deux ont entamé très moyennement le championnat et n'ont engrangé qu'un seul point chacun. Ils ont en effet connu la défaite lors de la première journée, qui avait eu lieu trois jours après la qualification pour les barrages, avant de s'affronter et de se neutraliser (1-1), samedi, lors d'une rencontre peu emballante.

L'ASSE s'attend à un match "difficile"

C'est donc avec une confiance quelque peu érodée que les Stéphanois se rendent en Moldavie pour rencontrer un adversaire qui ne leur est pas inconnu. Pour le compte du 3e tour préliminaire de l'édition 2013, ils avaient infligé un double 3-0 au Misami Orhei. Depuis, les Moldaves sont devenus, la saison passée, champions de leur pays. "Notre adversaire a beaucoup changé depuis deux ans. Il ne reste qu'un joueur de la période au cours de laquelle nous l'avons affronté. Je ne sais pas s'il est plus fort qu'à l'époque mais il a beaucoup de densité athlétique", estime Christophe Galtier, qui promet une confrontation "difficile".

Si l'entraîneur stéphanois n'hésite pas à partager sa légendaire prudence, c'est en grande partie dû au chamboulement de son secteur offensif. En plus de Nolan Roux en début de mercato, plusieurs joueurs (Neal Maupay, Jean-Christophe Bahebeck, Valentin Eysseric) viennent de débarquer afin de combler les départs récents de Yohan Mollo et Max-Alain Gradel. Tout juste arrivé mardi, en prêt, Valentin Eysseric n'est pas dans le groupe, tout comme le capitaine Loïc Perrin, blessé pour plusieurs semaines.

Bordeaux se méfie de l'inconnu

À lire aussi

Contrairement aux Verts, les Girondins vont découvrir Kairat Almaty. Lors du tirage au sort, effectué le 7 août dernier, le président Jean-Louis Triaud admettait : "On a regardé sur Google et les trucs comme ça si on pouvait avoir des informations. On a juste vu que c'était très, très loin, plus de 7 heures d'avion". En effet, le club kazakh se situe dans le sud-est du pays, à près de 6.000 km à vol d'oiseau. Avant d'effectuer l'un des plus longs déplacements de l'histoire des Coupes d'Europe, Bordeaux, privé de Cheick Diabaté, a donc tout intérêt à plier l'affaire dans son Nouveau Stade.

"Il ne faudra pas les sous-estimer, ne pas les prendre de haut et ne surtout pas prendre ce match à la légère. Nous allons essayer de faire le boulot à domicile comme nous l'avions fait contre Larnaca au tour précédent", analyse d'ailleurs Wahbi Khazri. Le milieu de terrain tunisien semble avoir raison de se méfier de cet adversaire. Pour en arriver là, le vainqueur de la Coupe du Kazakhstan s'est notamment débarrassé de l'Étoile Rouge de Belgrade et des Écossais d'Aberdeen. Sur le papier, ces deux clubs étaient eux aussi favoris.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/