1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Dopage : le recours de Laure Boulleau invalidé
1 min de lecture

Dopage : le recours de Laure Boulleau invalidé

L'Agence française de lutte contre le dopage pourrait reprendre sa procédure contre la footballeuse, puisque le Conseil d'État vient d'invalider son recours.

Laure Boulleau le 19 juin 2013
Laure Boulleau le 19 juin 2013
Crédit : FRANCK FIFE / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Le Conseil d'État a invalidé le recours intenté par Laure Boulleau au sujet d'un manquement à un contrôle antidopage ce vendredi 27 février, ouvrant la voie à une possible reprise d'une procédure par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD).

En décembre, la joueuse du PSG et de l'équipe de France de football s'est retrouvée sous le coup d'une procédure pour avoir manqué à trois reprises des contrôles antidopage. La joueuse a alors contesté devant le Conseil d'État la validité du troisième contrôle (le 10 juin 2014, notifié le 20 juin par l'AFLD à la joueuse), qui ouvrait la voie à cette procédure.

L'avertissement qui a enclenché la procédure

L'entourage de la joueuse faisait alors valoir que Laure Boulleau ne pouvait pas être à son domicile le 10 juin puisqu'elle était en Guyane avec l'équipe de France pour un match amical face au Brésil.

"La footballeuse a contesté devant le Conseil d'État ce troisième avertissement marquant le début d'une procédure disciplinaire pouvant conduire à une éventuelle sanction disciplinaire", explique le Conseil d'État.

À lire aussi

"Selon la jurisprudence du Conseil d'État, il n'est pas possible de demander l'annulation d'un acte qui n'a pas d'effet par lui-même mais qui constitue simplement une étape dans une procédure qui doit conduire ou non à l'édiction d'une sanction".

Reprise des poursuites ?

Concrètement, la décision du Conseil d'État ouvre la voie à une possible reprise de la procédure par le Collège de l'AFLD, si celui-ci en décide ainsi. Le président de l'AFLD Bruno Genevois n'a pas souhaité indiquer si tel était le cas, arguant que "la décision de reprise ou non de la procédure par le Collège de l'agence est confidentielle".

Il est à préciser qu'une éventuelle reprise de la procédure par le Collège de l'AFLD ne signifie par pour autant sanction automatique pour la joueuse, puisque le Collège peut tout aussi bien décider de sa relaxe. Si toutefois l'AFLD venait à sanctionner la joueuse, celle-ci pourrait ensuite à nouveau contester la sanction devant le Conseil d'État.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/