1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. CAN : le Maroc repêché par la justice pour 2017 et 2019
2 min de lecture

CAN : le Maroc repêché par la justice pour 2017 et 2019

Après avoir été suspendu, le Maroc pourra participer aux éditions 2017 et 2019 de la Coupe d'Afrique des Nations, sur décision du Tribunal arbitral du sport.

Le sélectionneur Badou Zaki, avec Fouzi Lekjaa, lors de son intronisation à la tête de l'équipe nationale du Maroc, le 2 mai 2014
Le sélectionneur Badou Zaki, avec Fouzi Lekjaa, lors de son intronisation à la tête de l'équipe nationale du Maroc, le 2 mai 2014
micro generique
La rédaction numérique de RTL
Journaliste

Le Maroc aura le droit de jouer les éditions 2015 et 2017 de la Coupe d'Afrique des Nations. Le pays qui avait été initialement suspendu par la Confédération africaine de football (CAF) pour avoir refusé d'organiser la CAN 2015 par crainte d'Ebola, a finalement obtenu gain de cause auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) qui s'est prononcé jeudi 2 avril.

Le TAS a considéré que "l'exclusion de l'équipe A du Maroc des deux prochaines éditions de la CAN n'était pas expressément prévue par les règlements en vigueur au moment du retrait de l'organisation de la CAN 2015 et en tous les cas, au vu des circonstances de l'affaire, n'était pas proportionnée à la faute de la FRMF (Fédération marocaine)". De ce fait, "la suspension de l'équipe nationale A de la Fédération Royale Marocaine de Football de toute participation aux deux prochaines éditions de la Coupe d'Afrique des Nations, en 2017 et 2019, est annulée", écrit ainsi la juridiction suprême du sport.

Une décision à une semaine du tirage au sort des éliminatoires

Par ailleurs, le Maroc avait également été sanctionné financièrement par la CAF. En premier lieu, la Confédération africaine de football avait infligé au Maroc une amende de 1 million de dollars (environ 919.000 €). Une somme démesurée pour le TAS, estimant qu'il faut la ramener à 50.000 dollars (45.976€), ce qui correspond au montant maximum prévu par le règlement de la CAF en vigueur au moment des faits.

En revanche, alors que la CAF réclamait aussi 8,05 millions d'euros au titre de dommages et intérêts, le TAS n'a "pas écarté le droit de la CAF à obtenir la réparation d'un dommage éventuel, notamment par la mise en oeuvre de la procédure d'arbitrage prévue spécialement dans le contrat d'organisation de la Coupe d'Afrique des Nations".

À lire aussi

En tout cas, la décision du TAS de Lausanne tombe ainsi à point nommé, car la CAF désignera mercredi prochain au Caire le pays organisateur de la CAN 2017. Il procédera, surtout, au tirage au sort des éliminatoires pour cette compétition phare du continent africain.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/